Accueil Société Santé

Les fumeurs lourdement handicapés par le tabac

Selon une nouvelle étude de l’Institut de santé publique, 55 % de plus sont frappés par des maladies chroniques et voient leurs capacités quotidiennes très réduites.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Si l’on pense d’abord au risque supplémentaire de décès prématuré qui frappe les fumeurs (qui meurent huit ans plus tôt que les non-fumeurs), ce n’est pas le seul risque lié au tabac. Selon une étude de l’Institut scientifique de Santé publique (ISP) publiée aujourd’hui, incluant 10 000 personnes âgées de 40 à 60 ans, les gros fumeurs présentent 55 % d’incapacités en plus que les non-fumeurs de la même tranche d’âge. Les grosses fumeuses de 40 à 60 ans ont quant à elles 36 % d’incapacités de plus que les non-fumeuses.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Michel-Julien Renette, lundi 23 mai 2016, 12:37

    Question: "Y a-t-il encore du tabac dans les cigarettes faites? Si oui, quelle est la proportion et combien d'additifs et exhausteurs d’arômes y a-t-il et en quelle proportion? Quelles substances ajoutées dans les filtres? Personnellement, je fume la pipe depuis l'âge de 17 ans et j'en ai 74, sans affection pulmonaire. A force de pondre des règlements abscons et des lois tout aussi ridicules, on se fera bientôt taxer au spiromètre pour le volume d'air que l'on respire.

  • Posté par Michel-Julien Renette, lundi 23 mai 2016, 12:37

    Question: "Y a-t-il encore du tabac dans les cigarettes faites? Si oui, quelle est la proportion et combien d'additifs et exhausteurs d’arômes y a-t-il et en quelle proportion? Quelles substances ajoutées dans les filtres? Personnellement, je fume la pipe depuis l'âge de 17 ans et j'en ai 74, sans affection pulmonaire. A force de pondre des règlements abscons et des lois tout aussi ridicules, on se fera bientôt taxer au spiromètre pour le volume d'air que l'on respire.

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs