Accueil Monde Union européenne

Dans quels pays européens la vaccination ne suffit-elle plus pour voyager?

Certains pays réclament un test négatif même aux vaccinés pour rentrer sur leur territoire.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Dans tous les pays de l’UE, le certificat covid est d’application. Ce qui signifie que vous pouvez y voyager avec votre preuve de vaccination, ou un PCR négatif ou un PCR positif récent pour prouver votre immunité. Sept pays ont toutefois ajouté des restrictions supplémentaires et ont notifié la Commission, nous a expliqué le commissaire en charge du dossier, Didier Reynders. Voici ce que récapitule le site Re-Open EU, situation au 21 décembre.

Autriche

Les voyageurs qui entrent dans ce pays doivent fournir une preuve de vaccination ou de rétablissement, ainsi qu’un résultat négatif du test PCR (72h) ou une preuve de la troisième dose, reçue au moins 120 jours après l’achèvement de la vaccination complète, ou reçue au moins 14 jours dans le cas d’un vaccin à dose unique (valide 270 jours).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 21 décembre 2021, 17:53

    Union Européenne… ne serait-il pas temps d’en revenir au Traité de Rome et d’arrêter les illusions fédéralistes? On va me traiter « d’eurosceptique » comme toujours mais moi, je ne fais rien d’autre que constater que manifestement, tout le monde s’en fout de l’Union européenne. Les prétendus fédéralistes sont les premiers à décider toutes sortes de choses de manière totalement désordonnée et non concertée. On arrive péniblement à un outil de gestion commune et à peine quelques mois après, tout le monde recommence à prendre des décisions qui contreviennent à ce qu’on avait décidé et annoncé. Comment voulez-vous que les gens y croient?

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 21 décembre 2021, 19:16

    Le retour au traité de Rome ne résout pas cette question mais il permet de tirer les choses au clair une bonnes fois pour toutes: on développe une union de développement commun industriel, agricole et énergétique et pour le reste, c’est clair: chacun fait ce qu’il veut. À quoi ça sert de continuer à développer un narratif d’union et des illusions en plus de perdre du temps et de l’énergie quand les partisans eux-mêmes de cette unification tous azimuts sont les premiers à s’asseoir sur ce qui devait être une règle commune et n’avait été décidé que quelques mois avant? On ne fait que créer du désordre supplémentaire. On ne peut plus compter sur rien. Un outil commun est développé, les gens font des projections et des choix sur cette base et à peine ont-ils eu le temps de réfléchir qu’ils ne peuvent déjà plus faire confiance au système. On dit aux gens qu’ils peuvent se déplacer comme ils le souhaitent dans l’espace européen et puis dans les faits, n’importe quel Etat peut vous claquer la porte au nez du jour au lendemain à son gré comme à un « outsider », comme si avoir une nationalité d’un pays UE n’avait plus aucune valeur. Qu’on dise une bonne fois pour toutes qu’on en revient à ce qui se faisait avant Maastricht et puis c’est tout. Que je sache, on vivait et voyageait déjà à l’époque. C’était moins facile, oui… mais on le savait à l’avance! Si on continue cette comédie, il faut qu’on m’explique ce qu’on simplifie.

  • Posté par Bertrand Christophe, mardi 21 décembre 2021, 18:36

    En quoi un " retour au traité de Rome " ( année 1957 , quand même ... ) améliorerait-il la situation pour le problème ( réel ) que vous évoquez ? Le monde d'aujourd'hui et ses défis ne sont plus les mêmes . Le point de vue inverse est de considèrer que les défis de 2022 ( climat , immigration , pandémies mondiales , sécurité des approvisionnements energétiques , taxation des multinationales ) nécessitent , au contraire plus d'intégration et qu'il faut dés lors adapter les instruments juridique , car les solutions strictement nationales sont inopérantes pour de tels défis globaux . L'UE est une construction particulière , avec 27 démocraties et 27 opinions publiques et donc oui , c'est compliqué .

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs