Accueil Culture Livres

Vincent Engel: «Le premier travail de l’écriture, c’est la structure»

Le nouveau roman de Vincent Engel, Le miroir des illusions, est aussi séduisant qu’impressionnant.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

On y suit, pendant toute la première moitié du XIXe siècle, une vengeance ourdie avec un soin maniaque, bien que les mécanismes les plus élaborés ne soient pas à l’abri de grains de sable. L’Italie se trouve au cœur géographique du récit, avec un palais qui menace ruine à Venise. Mais Genève, Berlin et l’Amérique, pour un grand tour aventureux, se trouvent aussi sur le chemin de personnages liés par un pacte inquiétant dont les principaux intéressés ignorent les clauses les plus terribles. Plusieurs de ces personnages rappelleront, aux familiers de l’œuvre de l’écrivain belge, des titres antérieurs. Et cela méritait quelques explications, volontiers fournies par l’écrivain.

Avec ce nouveau roman, vous poursuivez l’élaboration d’un vaste projet littéraire…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs