Accueil Opinions

Violeurs: après la condamnation, le néant

La cour d’assises d’Anvers a prononcé la perpétuité et une mise à disposition pour l’assassin et violeur de Julie Van Espen, tuée en mai 2019. Mais quel suivi pour ces auteurs d’infractions à caractère sexuel une fois en prison ? Aucun, regrettent les spécialistes de terrain.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Ne retenant aucune circonstance atténuante, la cour d’assises d’Anvers a condamné Steve Bakelmans (41), ce mercredi, à la réclusion criminelle à perpétuité pour le viol et l’assassinat de Julie Van Espen (23), une cycliste qu’il avait agressée sexuellement puis étranglée le 4 mai 2019. La peine principale est assortie d’une mise à disposition du tribunal d’application des peines (TAP) de 15 ans et d’une période de sûreté de 20 ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Louis J-M, vendredi 7 janvier 2022, 15:11

    Dommage que la peine de mort soit abolie, le problème serait définitivement résolu.

  • Posté par D. Frederic, jeudi 23 décembre 2021, 10:26

    Julie Van Espen a été condamnée à mort par Bakelmans alors qu'elle n'a rien demandé et ici, il faudrait se soucier de son bien-être et de le soigner? Et dire qu'on euthanasie les chiens pour bien moins que ça...

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 23 décembre 2021, 15:57

    D. Frederic: idem.

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 23 décembre 2021, 15:56

    Dupont Vincienne, votre vision des choses est très manichéenne, donc simpliste à l'extrême. Mais c'est une attitude habituelle quand on refuse d'approfondir un sujet délicat et dérangeant: un jugement rapide et superficiel permet de se débarrasser du sujet et de retrouver le petit confort de ses certitudes.

  • Posté par Dupont Vincienne, jeudi 23 décembre 2021, 10:44

    Je n'ai jamais compris pour ce qui me concerne, qu'on ne laisse pas l'accès au droit au suicide pour les détenus de ce genre. Ce Monsieur devrait pouvoir obtenir une pilule de cyanure sur simple demande (sans qu'il soit question de le forcer à la prendre, évidemment). Ce serait la meilleure façon de prendre soin de son bien-être, en fait.

Plus de commentaires

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs