Accueil Belgique Politique

Un «accord» nucléaire… pour ne (presque) rien décider

Il est très peu probable que la centrale au gaz de Vilvorde obtienne son permis. Le gouvernement se donne jusqu’au 1er avril pour trouver une capacité de substitution : une autre centrale au gaz, dans le plan A d’Ecolo ; la prolongation du nucléaire, dans le plan B du MR. Et c’est reparti pour un tour…

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 6 min

Ils y ont passé la nuit ! Après un Comité de concertation de folie, le Premier ministre Alexander De Croo a réuni ses vice-Premiers ainsi que la ministre de l’Energie, Tinne Van der Straeten (Groen), pour tenter de trouver une issue à l’interminable dossier nucléaire. Et jeudi matin : fumée blanche ! Il y a accord. Mais il faudra moins d’une heure pour que cette apparence de consensus vole en éclats. D’un côté, la ministre écologiste assure que « le plan A (la fermeture du nucléaire en 2025, NDLR) est renforcé ». En face, le président des libéraux Georges-Louis Bouchez conteste. « Le nucléaire reste sur la table ». Mais alors, qu’a-t-on vraiment décidé, durant cette nuit de négociation ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Baeyens Remi, lundi 27 décembre 2021, 9:41

    La photo est troublante. Le PM sort son portefeuille pour payer la ministre qui lui remet son rapport.

  • Posté par Debersaques Bart, vendredi 24 décembre 2021, 19:19

    des yuppies, fiers de couler le titanic

  • Posté par Debersaques Bart, vendredi 24 décembre 2021, 19:15

    mener une population droit dans le mur d'une précarité énergétique, fière et souriante

  • Posté par Moreau Michel, vendredi 24 décembre 2021, 10:46

    Une belle victoire de plus pour GLB, maître prestidigitateur en déchets nucléaires (une spécialité à laquelle il a visiblement initié ses collègues). Pour un gouvernement qui n'a (presque) rien décidé, ils ont quand même décidé (1) de rouvrir officiellement l'avenue nucléaire, avec un horizon tout illuminé de technologies juteuses et de flots d'énergie illimités ; et (2) d'y consacrer dès maintenant une enveloppe de 100 M. (ici, pas de problème de déficit et, en tout cas, c'est toujours ça qui ne sera pas détourné pour revaloriser l'enseignement, la justice, la santé (ne parlons pas de la culture en ce moment !), ou à secourir les sinistrés...) Quant aux quiproquos entre bleus et ex-verts, et aux évanouissements des ex-rouges zéro idée, c'est l'essence même du vaudeville. A suivre : quels seront les premiers industriels à se pointer pour offrir leur quincaillerie et absorber ces premiers investissements pour (re)-produire leur dépliant publicitaire ?

  • Posté par André Weissenberg, vendredi 24 décembre 2021, 9:56

    Ã-propos des SMR et de l'argument de la "non-prolifération" avancé comme jouant en leur défaveur: une fois de plus, c'est absurde! Nous sommes déjà - et le serons encore plus dans le futur avec les constructions annoncées de nouvelles unités nucléaires un peu partout en Europe, y compris chez nos plus proches voisins - entourés de réacteurs nucléaires! Tchernobyl a par ailleurs démontré par l'absurde que même un accident nucléaire en Ukraine pouvait avoir des retombées chez nous. Alors, la "non-prolifération", elle est totalement fantaisiste! Il faut assumer. On est dedans et on y reste. À cette échelle, vouloir jouer cavalier seul, même pour un poids lourd comme l'Allemagne, ne présente finalement que des désavantages, comme l'Allemagne s'en est rendu compte.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs