Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles: feu d’artifice annulé et Plaisirs d’hiver en majeure partie fermés dès dimanche

En raison des nouvelles mesures sanitaires, la 20e édition du marché de noël bruxellois s’achèvera dans une version très allégée.

Temps de lecture: 3 min

En trois ans, les Plaisirs d’hiver sont passés par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. L’année 2019, c’est celle du chiffre record de 3,4 millions de visiteurs. L’exercice suivant, voilà la Ville de Bruxelles obligée d’annuler les festivités. Enfin, en 2021, les Plaisirs d’hiver auront tenu quatre semaines. Dès ce dimanche, environ 200 des 230 chalets garderont leurs volets clos. Quant au feu d’artifice de fin d’année, il ne verra pas le jour. L’explication se trouve du côté du Codeco de mercredi. Avec les nouvelles règles sanitaires, la configuration de plusieurs sites rend l’événement impossible. Les zones de Sainte-Catherine, la Bourse et la Monnaie ferment donc. La patinoire place De Brouckère reste ouverte. Les activités au Bois de la Cambre figurent aussi parmi les rescapés.

Du côté de la Ville, la potion se révèle amère. Les autorités locales n’ont pas ménagé leur peine pour maintenir l’édition 2021. Histoire de finir cette année difficile avec une petite touche festive. Et, puis aussi de préserver un tissu économique déjà bien en peine. « L’idée était de garder le plus possible une attractivité pour le centre-ville », explique l’échevin bruxellois des Affaires économiques Fabian Maingain (Défi). Rodolphe Van Weyenbergh est le secrétaire général de la Brussels Hotels Association. Il confirme l’impact majeur du marché sur le secteur hôtelier. « Cette année, le chiffre était de 33 % du 1er au 19 décembre, mais cela aurait été bien pire sans l’événement ».

Une édition poussive

Qu’en pensent les commerçants ? Des témoignages récoltés jeudi, ressortent plusieurs constats. D’abord que l’édition 2021 ne restera pas dans les annales. Parmi les explications avancées, figurent le télétravail généralisé, l’absence de touristes, mais aussi parfois l’obligation de détenir un bracelet, preuve d’une détention d’un CST en ordre, pour consommer. À l’instar de Daniel et Christian, vendeurs respectifs de boissons chaudes et de produits à la truffe, certains évoquent une « catastrophe ». D’autres tiennent toutefois des propos beaucoup plus mesurés. Depuis son kiosque à friandises, Léa résume l’état d’esprit général : « Il y a eu du monde, mais beaucoup moins que d’habitude ».

La Ville dédommagera les exploitants au prorata du nombre de jours d’annulation. Le coût s’élèvera environ à 200.000 euros. Enfin, le bilan officiel attendra janvier, explique l’échevine bruxelloise de la Culture Delphine Houba (PS). Non sans noter que la dernière semaine s’avère très importante pour les commerçants. « On sait que les Plaisirs d’hiver, c’est un événement dont la participation va crescendo ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, vendredi 24 décembre 2021, 10:48

    Le reportage en direct depuis les plaisirs d'hiver, sur RTL hier était édifiant. Pendant que le journaliste parlait, il n'y a pas un badaud sur cinq qui portait le masque pourtant obligatoire.

  • Posté par Lora Garcia Javier, vendredi 24 décembre 2021, 10:47

    Ce qui est insensé c'était d'ouvrir le marché de Noël avec un taux d'infection de plus de 2000 par 100.000 hab.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo