Accueil

Des chambres d’hôtel pour les MENA

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

« Depuis plusieurs semaines, Fedasil refuse tous les jours entre 150 et 200 personnes », explique Maité Montuir, coordinatrice du Médibus de Médecins du Monde qui se rend tous les mardis à la gare du Midi pour y donner des soins médicaux. « Parmi ces personnes, quelque 50 mineurs non accompagnés (MENA) sont quotidiennement refoulés. » La crise de Fedasil est venue s’ajouter à la saturation chronique des centres d’hébergement pour personnes sans-abri.

Plusieurs associations alertent les autorités depuis des semaines, en particulier sur la situation des MENA. Et après leur premier cri d’alarme au début de l’automne, elles-mêmes ont agi et proposent désormais des chambres dans un hôtel de la plateforme citoyenne « pour les MENA qui ne sont pas dans le système d’asile et sont à la rue », fait savoir Julien Buha Collette, chef de mission Médecins sans Frontières.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs