Accueil Belgique

Socialistes et libéraux se volent dans les plumes sur l’asile

À Tournai, Demotte s’oppose à l’arrivée importante de réfugiés et parle de « calculs politiques ». Les habitants se montrent eux aussi inquiets. Le MR fustige le « conservatisme » du PS frappé du syndrome Nimby. Le cabinet Francken justifie la décision selon une logique « de disponibilité et de temps ».

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 4 min

La réaction fut aussi virulente que surprenante. C’est de son lieu de villégiature que Rudy Demotte, bourgmestre en titre de Tournai, s’est fendu d’un communiqué au picrate pour s’opposer à ce qu’il appelle « le plan Francken et du Gouvernement fédéral ». Jeudi, le bourgmestre faisant fonction de la ville, Paul-Olivier Delannois (PS) apprenait en effet que le Gouvernement fédéral avait réquisitionné la caserne militaire Saint-Jean pour y relocaliser environ 700 demandeurs d’asile. Ce dernier avait déjà annoncé la couleur en dénonçant le nombre important de réfugiés, « 1 % de la population tournaisienne, 3 % des habitants du centre-ville », expliquait-il non sans déjà susciter quelques remous.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs