Accueil Opinions Éditos

Desmond Tutu, un homme de feu et de foi

L’archevêque, connu pour son rire communicatif, fut l’artisan de ce qui s’appellera le miracle sud-africain, un changement de régime sans violence, la fin de l’apartheid qu’il avait combattu aux côtés de Nelson Mandela.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Desmond Tutu s’est éteint, comme une bougie au lendemain de Noël, et chacun se souvient de la lumière que dégageait ce petit homme passionné qui utilisait l’humour comme une arme aussi décapante que le pardon ou la foi.

Compagnon de lutte de Nelson Mandela, il porta la voix du héros durant les 27 années de prison de ce dernier, il soutint la révolte d’un peuple opprimé et, détruisant méthodiquement les soubassements idéologiques de l’apartheid, il réveilla la conscience du monde et poussa à l’action des millions de militants, dans son pays et ailleurs.

Artisan de ce qui s’appellera le miracle sud-africain – ce changement de régime qui s’opéra sans violence –, il dirigea par la suite la Commission vérité et réconciliation, laissant couler ses larmes à l’écoute des victimes, permettant aux bourreaux de détailler jusqu’au bout leur logique et leurs crimes puis plaidant pour le pardon.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Grunchard Francis, lundi 27 décembre 2021, 21:42

    Personne n’a lu la page Wikipedia ? Desmond Tutu est mort et nous allons avoir droit à la célébration hagiographique des mérites du Prix Nobel de la Paix, héraut de la lutte contre l'apartheid. L'occasion de rappeler aussi ses états de service antisémites. Desmond Tutu a de nombreuses fois fait des remarques jugées racistes et offensantes à l'égard du peuple juif. Reconnaissant avoir été souvent accusé d'antisémitisme, il a rétorqué qu'il faudrait « avoir de la chance » pour le prouver et que son « dentiste s'appelle docteur Cohen ». Il a minimisé la souffrance qu'ont endurée les victimes du génocide nazi en déclarant que les chambres à gaz était faites pour « une mort plus propre » que les crimes de l'apartheid, en se plaignant d'un « monopole de l'Holocauste » ainsi qu'en demandant aux victimes de « pardonner les nazis pour l'holocauste ». Des remarques jugés par le centre Simon-Wiesenthal comme étant « des insultes aux Juifs et aux victimes des nazis ». Il a également déclaré que les Juifs « pensent avoir le monopole de Dieu », et ont « combattu » et se sont « opposés » à son Dieu. En 1987, il menace de « punir les Juifs Sud-africains » si Israël commerce avec le régime d'Apartheid. En 1989, au mémorial de Yad Vashem pour le génocide de six millions de Juifs, Desmond Tutu adresse une prière pour les responsables du génocide. Desmond Tutu reconnaît la contribution des Juifs dans la lutte contre l’apartheid : « Le peuple juif était l'important soutien de notre combat contre l'apartheid » et reconnaît qu'Israël a le droit de vivre en paix au sein de ses frontières. Mais il déclare également qu'Israël n'aura jamais une véritable sûreté et une sécurité alors qu'il opprime un autre peuple. C'est pourquoi il milite pour la création d'un État palestinien. En 2002, il provoque une controverse en qualifiant la situation en Terre sainte d'« apartheid » et en déclarant : « Cela me rappelle tellement ce qui nous est arrivé au peuple noir en Afrique du Sud ». Il a également comparé à une occasion, le « système » du Temple de Jérusalem à l'apartheid ; il a ensuite déclaré ne pas comprendre comment le peuple juif qui a autant souffert, fasse souffrir de même les Palestiniens ; et se plaint que « critiquer Israël vaut l'accusation d'antisémitisme », « comme si les Palestiniens n'était pas des Sémites ». Il décrit le nationalisme juif comme ayant « beaucoup de parallèles avec le racisme », des propos condamnés par l'Anti-Defamation League. Accusant aux côtés de Yasser Arafat et du Hamas les dirigeants israéliens de « terrorisme » et de crimes de guerre, tout en comparant l'État d'Israël à des régimes totalitaires (dont l'Allemagne nazie et l'Afrique du Sud sous l'apartheid), « des régimes très puissants », Desmond Tutu se dit être en faveur « du boycott des universitaires et commerçants Juifs israéliens ». Il accuse de même ce qu'il qualifie de « lobby juif », lui reprochant d'« effrayer les Américains de reconnaître [ce qui est] le mal, [comme étant] le mal. Car le lobby juif est puissant, très puissant ». Il diabolise les Juifs, en les accusant d'« arrogance, l'arrogance du pouvoir parce que les Juifs forment un puissant lobby dans ce pays ». Il appelle également au boycott d'Israël, et soutient l'organisation BDS. En 2009, l'universitaire Alan Dershowitz accuse Desmond Tutu de « racisme et d'intolérance ». Il est à nouveau accusé d'antisémitisme après avoir déclaré dans le Tampa Bay Times que les Juifs devrait « être jugés selon des normes différentes des autres peuples ». Le 30 mars 2012, Desmond Tutu participe à une marche organisée à partir des Territoires palestiniens vers Jérusalem, pour protester et « résister sans violence » contre la présence de populations juives à Jérusalem, qu'il qualifie de « judaïsation ». (Source: Wikipedia)

  • Posté par Petitjean Marie-rose, lundi 27 décembre 2021, 8:15

    Osons dire en effet que nous avons besoin d'hommes et de femmes qui portent les valeurs défendues par M. Tutu, osons dire que ces valeurs devraient être portées tant par chacun de nous que par ceux qui prétendent à organiser notre société.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs