Accueil Culture Musiques

Fleming, Garanca, Netrebko: intimisme secret, volupté somptueuse et coups de cœur inattendus

Récitals

Fiche - Temps de lecture: 2 min

**** (Fleming)

*** (Garanca, Netrebko)

Universal cultive, en cette fin d’année, le récital dans des démarches très variées. Erina Garanca magnifie la beauté quasi instrumentale de son timbre dans un sublime dialogue avec les sonorités ensorcelantes des Wiener Philharmoniker sous la baguette de Thielemann : de la volupté somptueuse des Wezendonck-Lieder wagnériens à la rareté concentrée des Rückert-Lieder mahlériens. Anna Netrebko assume, elle, pleinement son statut de diva en proposant (en CD et avec un documentaire DVD anecdotique) une galerie d’héroïnes enfouies dans la nuit de l’amour, incarnées au sommet de leur dramatisme sous la baguette attentive de Chailly à la tête de son orchestre de la Scala : un intense travail qui accumule les références ( Adrienne Lecouvreur, La Dame de Pique, Manon Lescaut ), les découvertes récentes (Verdi, Strauss) et les coups de cœur inattendus (Didon de Purcell et Isolde).

A ces démonstrations péremptoires, on préférera encore le bonheur à l’état pur distillé par la rencontre prodigieuse de naturel d’une Renée Fleming, simplement magistrale et d’un Nézet-Séguin, aussi subtil accompagnateur au piano qu’à l’orchestre, dans ce qui pourrait bien être un songbook de rêve où à Fauré et Hahn répond, dans l’éloge de la nature, la ferveur de Liszt ou Grieg ou l’intimisme secret de certaines commandes ou premières de compositeurs américains (Puts, Muhly, Shaw).

Decca et DG

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une