Accueil Culture Musiques

Le jazz hybride de Jérôme Klein fait se rencontrer deux mondes

Jérôme Klein réunit un quartet exclusivement luxembourgeois pour un album accrocheur baptisé « Sonder », entre électronique, pop et jazz.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 4 min

Klein, c’est le nom du groupe formé par Jérôme Klein au piano avec Niels Engels à la batterie, Pol Belardi au vibraphone et Charles Stoltz au décor sonore. Et, malgré son nom, c’est déjà un grand groupe. Parce qu’il apporte une note différente, et pas seulement bleue, au jazz d’aujourd’hui. Son premier album, Sonder, est accrocheur, catchy comme on dit en anglais, entre pop, rock et jazz.

«  Je voulais faire quelque chose de différent, raconte Jérôme Klein. Le jazz actuel reste quand même acoustique. Ici, on mélange les genres, on fait une sorte de jazz hybride. Pas seulement dans les compositions elles-mêmes, mais aussi dans la production, plus pop-rock. Quand on joue en live, on aime avoir une identité pas que musicale, on joue avec les lumières.  »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs