Accueil Société

Saturé, le secteur de l’aide à la jeunesse appelle à l’aide

Les salaires n’ont pas été revalorisés depuis 30 ans ce qui ne rend pas les emplois attractifs. Il faut parfois attendre un an avant qu’un jeune soit pris en charge alors que la crise du covid complique encore la situation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Aux moments les plus forts de la crise sanitaire qui dure depuis près de deux ans, le personnel soignant est parfois amené à choisir quels patients prendre en charge en priorité. Les hôpitaux sont bondés et les lits de soins intensifs se font rares. Les malades les moins graves sont en quelque sorte mis sur une liste d’attente. « Dans le secteur de l’aide à la jeunesse, on n’a pas attendu le covid pour devoir prioriser entre l’urgence et le très problématique », réagit Michaël Verhelst, président de l’Union des conseillers et directeurs de l’aide et de la protection de la jeunesse de la fédération Wallonie-Bruxelles (UCD). « Le manque de places d’accueil est criant et permanent. Nous sommes constamment occupés à choisir qui accueillir. Par exemple, entre un bébé qui est dans une famille d’accueil qui explose ou un autre qui sort de l’hôpital. Lorsqu’un jeune nous est confié après un jugement, il faut parfois attendre un an avant de le prendre en charge. Entre-temps, il peut avoir changé et sa situation aussi. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 29 décembre 2021, 7:45

    Si certains estimaient qu'il était possible de dépenser 700 millions pour la gratuité à la sncb, l'état a l'obligation de payer ceux qui gèrent les dossiers enfants en danger.

  • Posté par dams jean-marie, mardi 28 décembre 2021, 17:17

    Et tous les parents qui ont touché des allocations pendant des années sont aux abonnés absents ???

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs