Accueil Culture Musiques

L’opéra russe à la sauce Tcherniakov

Rimsky-Korsakov, Sadko, La fille de neige

Fiche - Temps de lecture: 1 min

Dmitri Tcherniakov a sa recette pour servir les opéras russes : des décors et costumes luxuriants pour éblouir le spectateur dans la grande tradition russe. Et, à l’intérieur de ce faste, un élément contemporain chez un/e protagoniste, en habit de notre époque pour montrer son caractère contestataire (la fille de neige qui refuse la secte archaïque des Berendey, Sadko qui provoque le mercantilisme casanier des riches marchands de Novgorod). Cette double lecture de Rimsky-Korsakov crée un hiatus entre les mouvements de foule scéniquement sommaires (on danse, on titube et on lève les bras au ciel) des masses et le comportement très travaillés des héros, comme si le metteur en scène voulait à la fois célébrer une tradition avec faste pour la nier ensuite dans le ressort de l’action. Le procédé est connu par d’autres productions d’œuvres russes et devient franchement répétitif. La qualité et, surtout, l’homogénéité des plateaux réunis (Garifullina ou l’éblouissant ténor léger d’Yuriy Mynenko en Lel de la Fille de neige ) s’imposent par contre, renforcés par la somptuosité des chœurs et orchestre où l’Opéra de Paris fait jeu égal avec le Bolchoï. La découverte des œuvres dépasse ici l’anecdote.

Bel Air classiques (2 coffrets de 2 DVD)

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une