Accueil Culture Livres

Michel Houellebecq entrouvre une porte vers la lumière

« anéantir », sans majuscule, ne modifie pas l’univers de l’écrivain français : la décadence, la faiblesse, la mort, le nihilisme sont toujours présents. Mais il contient comme une lueur d’espoir, minime mais réelle.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 4 min

Tous les philosophes paraissaient s’accorder sur le fait qu’on devait accepter la condition humaine “avec ses limitations et ses grandeurs”, comme il l’avait lu une fois dans une publication d’obédience humaniste ; certains émettaient même l’idée repoussante qu’il convenait d’y découvrir une certaine forme de dignité. Comme l’aurait dit un jeune, lol. Une phrase, comme ça, extraite d’anéantir, le dernier Michel Houellebecq qui paraîtra le 7 janvier. Comme aussi, « le monde est fait de petites boules de merde ». Ou : « Beaucoup de gens aujourd’hui sont devenus très cons. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 30 décembre 2021, 9:37

    « persuadé que notre civilisation est dans une décadence précipitée et que l’Europe n’est plus qu’une lointaine province des Etats-Unis. » … j’ai du mal à être en désaccord avec lui…

  • Posté par Lecocq Annie, vendredi 31 décembre 2021, 16:06

    Moi aussi. Mais moi, je suis en accord avec lui.

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs