Accueil Opinions Chroniques Vous avez de ces mots

{Carabistouilles} 2021

Petit bêtisier linguistique de l’année écoulée, où un bouc émissaire se noie à en mourir dans l’océan des langues francophones…

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Cet ultime billet de l’année est consacré, comme le veut une tradition instaurée dès le début de cette chronique, à quelques joyeusetés linguistiques repérées dans les médias. Rien de grave, juste d’innocentes coquilles ou de pétulants pataquès qu’une relecture (attentive ?) n’a pas débusqués. Avec un commentaire amusé et bienveillant, inspiré par la conviction que la paille dans l’œil du voisin est bien plus acceptable que certaines poutres. Bonne dégustation !

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Delfosse Alain, mardi 4 janvier 2022, 16:54

    Meilleurs voeux Monsieur Francard pour cette année nouvelle ! Fier de ma langue maternelle ... et paternelle et de son bon usage, vos billets sont autant d'oasis où se reposer et s'ouvrir l'esprit quand le cortège des mauvaises nouvelles se répand un peu trop au fil des pages du journal. Merci de nous rappeler avec humour le sens des mots dans toutes leurs variétés et expressions.

  • Posté par Coets Jean-jacques, lundi 3 janvier 2022, 11:52

    Ha ! L'ineffable Figaro qui poursuit sans faillir sa croisade contre "les mots qui n'existent pas " (mais que tout le monde utilise), les faux anglicismes (comme distanciel ou présentiel), les erreurs manifestes (qui n'en sont que dans quelques esprits tortueux), les barbarismes et autres abus de langage (décrétés par on ne sait trop qui au nom d'on ne sait trop quoi). S'il n'existait pas, il faudrait l'inventer...

  • Posté par Giefvan Agathe, vendredi 31 décembre 2021, 11:33

    (À propos de poutre...) J'ai repéré une autre impropriété – un barbarisme – dans une chronique du Soir du 31 déc : l'auteur utilise à tort le mot "pataquès" pour parler de fautes écrites. Un pataquès, comme son nom le suggère humoristiquement, est une faute de liaison orale, un "cuir" comme on dit également. Le dictionnaire accepte un élargissement de sens à toute faute grossière de langage parlé, mais sûrement pas écrit.

  • Posté par Coets Jean-jacques, lundi 3 janvier 2022, 11:39

    Pensez-vous sérieusement que le CNRTL va insérer dans ces pages une mention "erronée" ?! J'y crois fort peu. D'autant que le site Expressio.fr nous indique ceci : Par extension, à la fin du XIXe siècle, le pataquès est ensuite devenu une faute grossière de langage, puis une gaffe grossière (Le Robert confirme). Le Larousse va encore plus loin : Discours confus, inintelligible. Situation embrouillée, confuse. Le site "La langue française" est encore plus complet : Faute, incorrection de langage quelconque; discours confus. Grosse gaffe, faute de tact. Synonyme. impair. Éviter un pataquès (Feydeau). Énoncés grossiers et ridicules. J'en passe... En son temps, Cléante avait déjà "avalisé" cette évolution sémantique. Plus fondamentalement, je trouve qu'il est correct et rationnel qu'un mot puisse s'émanciper de son étymologie. Qui utiliserait encore "Navrer" dans le sens de "blesser en transperçant d'un coup d'épée" ?! "Merci" n'aurait que la signification de Ste Eulalie (Grâce, miséricorde, pitié...) et "Vaquer à ses tâches domestiques" signifie-t-il encore être oisif, inoccupé comme sa racine latine le voudrait ? Une linguiste française, intervenant dans le cadre du débat sur le pronom "iel", remarquait à bon escient : le problème de l'Académie est qu'elle s'est figée il y 150 ans... Voudriez-vous cela pour notre langue ?

  • Posté par Bartet Guy, vendredi 31 décembre 2021, 22:05

    @Giefvan Agathe. Quand j'étais petit (bon, d'accord, ça date mais c'est plutôt une référence, non ?), Le Soir publiait quotidiennement "Les avatars de Max l'explorateur", visiblement dans le sens de "aventurettes" (ça existe ?), petites aventures. Était-ce déjà un pataquès ? Ou quoi d'autre ?

Plus de commentaires

Aussi en Vous avez de ces mots...

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs