Accueil Culture Cinéma

Festival de Cannes: notre palmarès décalé

En attendant le verdict de George Miller et son jury, voici un petit exercice de palmes décalées.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

A jour J-1 du palmarès cannois s’impose toujours le petit jeu des pronostics. Cette année, peu s’y aventurent tant les films de la compétition ont soufflé le chaud et le froid mais sans jamais provoquer un gros coup de cœur ou une cinglante polémique même si Sean Penn avec « The last face » s’est pris une volée de bois vert. Mais en définitive, le sentiment qui persiste est que ce fut plutôt lisse tout ça mais à l’intérieur, on a vu de très belles choses. En attendant le verdict de George Miller et son jury, voici un petit exercice de palmes décalées.

Palme d’or décoincée  : « Toni Erdmann », de Maren Ade (qui fut la révélation de cette compétition)

Palme d’or studieuse  : « Baccalauréat », de Cristian Mungiu (qui rejoindra ainsi le cercle fermé des doubles plamés)

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs