Accueil Société

La réforme des soins psychologiques est (enfin) en marche

La nouvelle réforme entend rendre les soins plus accessibles, mais tout le monde ne pourra pas en bénéficier.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Le père Noël a déposé un joli cadeau sous le sapin des acteurs de la santé mentale. La nouvelle convention passée entre l’Inami, le SPF Santé et les 32 réseaux de santé mentale du pays est entrée en application ce 1er janvier. Le budget annuel accordé au secteur se voit ainsi quadruplé, passant de 39 à 152 millions d’euros. Cette réforme, initiée par le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) et accélérée par la crise sanitaire, vise à rendre les soins psychologiques plus accessibles. Tant au niveau du prix, des démarches, que de l’accessibilité géographique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Grunchard Francis, lundi 3 janvier 2022, 19:16

    Pour les quelques lecteurs que cela intéresserait, l’ensemble des professionnels de la santé mentale (psychanalystes , psychothérapeutes de toutes les écoles, etc) était arrivé à un accord avec Mme Onkelinck quand elle était ministre de la Santé pour une reconnaissance de la profession - SANS remboursement (qui n’avait pas été demandé). Comme les arrêtés d’exécution n’ont pas été passés avant les élections, Maggie De Block s’est empressé de jeter l’accord à la poubelle et de décider l’actuel régime, rejeté par quasi toutes les associations concernées sauf par celle des psychologues.

  • Posté par Moriaux Raymond, lundi 3 janvier 2022, 19:55

    Intéressant. Quel est donc l'objectif poursuivi ?

  • Posté par J.-M. Tameyre, lundi 3 janvier 2022, 7:56

    « Malheureusement, ces séances remboursées ne constituent par un droit » - Heureusement, oui ! Car, une fois de plus, on crée de toutes pièces un réseau de fonctionnaires qui vont "analyser les besoins" et d'autres qui seront "fonctionnarisés" avec une assurance de revenus tant qu'ils restent dans leur enveloppe. Et on crée un budget de 100+ millions pour une usine à gaz dont personne n'aurait besoin si tout ce monde-là travaillait. Ça permettrait au moins à ceux qui n'ont pas le temps de se plaindre de prendre leur pension plus tôt ! À quand un numéro INAMI pour les psychologues cliniciens ?

  • Posté par J.-M. Tameyre, lundi 3 janvier 2022, 12:23

    @Moriaux - Peut-être mais les mutuelles commencent à coûter vraiment cher pour des "services" dont la majorité des gens n'ont pas besoin ! La CAAMI n'oblige pas à prendre une assurance complémentaire à ses adhérents. J'y suis depuis que ma mutuelle avait les velléités de se prendre pour DKV ou VanBreda.

  • Posté par Moriaux Raymond, lundi 3 janvier 2022, 11:42

    C'est plutôt du côté des mutuelles que ça risque de se passer...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs