Accueil Opinions

Vinciane Despret: «Il y a eu des graines de bonne vie»

La philosophe-éthologue préfère le concept de « bonne vie » à celui de bonheur. Parce qu’au fil du XXe siècle, le bonheur, de quelque chose qui vous arrive et qui vous rend heureux, est devenu une autre chose, que vous devez mériter.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 7 min

Peut-on être heureux dans la période difficile que nous connaissons depuis deux ans ?

Je vais prendre le contre-pied de votre question. Il y a depuis quelques années une critique à l’égard de la conception du bonheur, que je trouve très pertinente. Pourquoi cette critique ? La sociologue Eva Illouz a écrit un livre titré Happycratie (1), qui va faire ce constat assez juste : le bonheur est devenu une marchandise, quelque chose que l’on vend.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs