Accueil Société

Plus une personne naît tôt dans l’année, meilleur sera son début de carrière

Le professeur de l’UGent souligne toutefois que c’est aux décideurs politiques d’essayer de résorber le problème. « Il ne faut pas qu’ils croient que ces différences de maturité à un jeune âge vont finalement « s’estomper » plus tard ». Il faut agir dès maintenant, explique-t-il.

Temps de lecture: 2 min

D’après Stijn Baert, économiste du travail, les personnes nées en janvier ont plus de facilité à trouver un bon travail que les personnes nées plus tard dans l’année. « Ceux qui sont nés à la fin de l’année ont nettement moins de chances de trouver un emploi dans l’année qui suit l’obtention de leur diplôme, et encore moins un emploi à temps plein avec un contrat à durée indéterminée », explique-t-il à nos confrères de Het Nieuwsblad.

« Une analyse plus approfondie montre également que le groupe né plus tard dans l’année courait un plus grand risque d’être déscolarisé au cours de sa scolarité et était également moins susceptible de faire un job étudiant », souligne l’expert de l’UGent après avoir analysé un échantillon de 6.000 Belges flamands nés entre 1978 et 1980.

Selon le professeur, « des recherches scientifiques internationales antérieures avaient déjà montré que les élèves relativement plus jeunes obtiennent de moins bons résultats en termes de résultats scolaires, de performances sportives et de contacts sociaux. Il y a deux ans, nous avons alors montré que les enfants les plus jeunes de la classe se sentent plus souvent mal et sont, par exemple, plus souvent en surpoids ». Ce qui provoque des conséquences parfois lourdes pour les jeunes demandeurs d’emploi. En effet, « des études ont montré que le fait d’être au chômage en début de carrière hypothèque vos chances ultérieures sur le marché du travail et pour un meilleur salaire ».

Le professeur de l’UGent souligne toutefois que c’est aux décideurs politiques d’essayer de résorber le problème. « Il ne faut pas qu’ils croient que ces différences de maturité à un jeune âge vont finalement « s’estomper » plus tard. Au contraire, ils doivent y répondre pour que cet effet boule de neige s’arrête ou du moins ralentisse », conclut-il.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par MORNARD PASCAL, lundi 3 janvier 2022, 10:45

    Rien que ce titre est symptomatique de ce qui ne va pas dans le traitement de l'information par le Soir . Le sujet ou contenu traite de ce que pense ou dit une personne et Le Soir le titre comme une vérité ou une généralité . Ceci est très fréquent . Combien de fois on ne dit pas une étude dit que.... Oui? et alors, une étude en Sciences est très très insuffisante pour démontrer de façon définitive une thèse : qui a fait l'étude , quelle est sa méthodologie , existe t'il des études contradictoires ? etc....

  • Posté par Deladrier-rase , lundi 3 janvier 2022, 11:29

    Absolument ! et on parle ici de choses relativement anodines. Malheureusement il en va de même avec toutes les études sur le covid et les articles qui vont avec. Et si vous faites ce genre de remarque dans un sujet covid, vous êtes taxé de complotiste ou d'antivax ;-) En Science on émet des hypothèses et on les vérifie, et quand on ne sait les vérifier, on ne fait pas de l'hypothèse une vérité scientifique. (je précise que je suis vacciné et que le vaccin n'a pas ramollit mon sens critique pour autant)

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko