Accueil Monde Afrique

Soudan: la démission du Premier ministre bétonne le coup d’Etat

A l’automne, les militaires avaient repris le pouvoir au Soudan, à l’issue d’un coup d’Etat. Un très mince espoir de démocratie restait avec le Premier ministre. Il a jeté l’éponge ce week-end.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

On avait craint qu’il ne soit qu’une marionnette, dans les mains des militaires. Le Premier ministre soudanais a annoncé dimanche sa démission. Abdallah Hamdok a lui-même reconnu être incapable de « remplir notre promesse de sécurité, de paix, de justice et de fin de l’effusion de sang » envers les citoyens. Ce même 2 janvier, les forces de sécurité avaient violemment réprimé une manifestation pro-démocratie, faisant trois morts.

Depuis la chute de l’ex-dictateur Omar el-Béchir en 2019, le pays vivait sous un régime partagé entre les civils et les forces armés. Mais à l’automne, la brève transition démocratique du Soudan prenait un violent coup dans la nuque. Les militaires ont unilatéralement dissous le gouvernement et le Parlement, prenant le pouvoir par la force.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Lambert Guy, lundi 3 janvier 2022, 22:45

    Le titre prête à confusion. Sa démission fait le contraire de bétonner le coup d'état.

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs