Accueil Société

Police: le recrutement s’accélère, le déficit en matière d’effectifs persiste

En faisant recruter plus de 1.600 aspirants-inspecteurs l’an dernier, Annelies Verlinden a rempli une première partie de son contrat. La police réclame un effort continu, tandis que la crainte d’une vague de départs anticipés en 2022 existe.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Promesse tenue, peut affirmer Annelies Verlinden (CD&V) en confirmant ce lundi que 1.633 aspirants-inspecteurs ont bien débuté leur intégration au sein de la police intégrée en 2021 – à ce chiffre s’ajoutent 264 autres aspirants recrutés l’an dernier et qui commenceront leur formation en 2022. La ministre de l’Intérieur peut cocher une case sur sa « to-do-list », elle qui s’était engagée en début de législature à passer le cap des 1.600 nouvelles recrues chaque année. L’objectif était loin d’être acquis, tandis qu’au cours de la dernière décennie, les chiffres ont durant plusieurs années peiné à dépasser la barre du millier – c’est l’effet de limitations fixées par le pouvoir politique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lhermitte Jean-Yves , mardi 4 janvier 2022, 8:39

    Ca engage des flics et pas des infirmiers.

  • Posté par Heymbeeck Joseph, mardi 4 janvier 2022, 14:33

    dans les deux cas le recrutement est permanent. Mais faut des candidats. Et le travail en shift n'est plus la priorité des "jeunes"...

  • Posté par Desmet Marc, lundi 3 janvier 2022, 20:17

    Le recrutement s’accélère? un peu à gauche aussi???

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs