Accueil Culture Cinéma

«La tragédie de Macbeth» sublimée en noir et blanc

Joel Coen prend un parti pris fort et donne du vécu et de la patine à ce couple avide de pouvoir et aux ambitions royales dévorantes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Choix esthétique radical et retour à l’essence même de l’œuvre shakespearienne « pleine de bruit et de fureur » pour Joel Coen (en solo), incité par sa femme, l’actrice Frances McDormand – triplement oscarisée (Fargo, Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance, Nomadland) et fan de la pièce depuis l’âge de 14 ans –, à se lancer dans cette adaptation cinématographique épurée.

La pièce de Shakespeare fascine depuis toujours et a souvent inspiré le cinéma, de Orson Welles à Roman Polanski, de Kurosawa à, plus récemment, Justin Kurzel qui avait réuni Michael Fassbender et Marion Cotillard en 2015. En choisissant Denzel Washington et Frances McDormand, Joel Coen prend un parti pris fort et donne du vécu et de la patine à ce couple avide de pouvoir et aux ambitions royales dévorantes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs