Accueil Culture

Accueil des publics: Vandenbroucke sort son baromètre, la culture s’étrangle

En trois phases liées à six paramètres, l’événementiel, la culture et le sport pourraient recommencer à accueillir leurs publics. Le ministre se dit ouvert au dialogue, mais la déception des opérateurs est forte.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Rouge, jaune, vert, trois phases elles-mêmes divisées en deux sous-phases, le tout commençant par un rouge foncé et bien fermé : tel est le projet de baromètre, toujours en dialogue et négociation, que le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) a présenté ce mardi matin en primeur aux opérateurs culturels des deux communautés. Riche des commentaires de la culture, il soumettra ce plan-baromètre au kern ce mercredi, afin de permettre au Codeco d’en prendre connaissance ce jeudi.

Prendre connaissance, sans plus, car ce projet de baromètre ne produira pas ses effets cette semaine. Alors que s’entamait ainsi un dialogue qui a de suite été tendu, l’ambition ministérielle est d’arriver au second Codeco de janvier avec un baromètre effectif, activable, qui permette à l’événementiel, à la culture et aux sports de reprendre progressivement l’accueil de leurs publics respectifs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

46 Commentaires

  • Posté par noel lelon, jeudi 6 janvier 2022, 9:59

    1) Petit clin d’œil (si on peut). C'est piquant de lire que le représentant des artists united compare culture et agriculture. Tout est dans tout et inversement, n’est-il pas? 2) Ne serait-il pas plus exact d’écrire le "monde artistique" au lieu de "monde de la culture" ? La culture est bien plus large que le seul domaine artistique. Non ? Il serait même plus exact d’écrire le "monde artistique marchand" tant les seuls bénéfices financiers de grosses structures commerciales sont pris en compte. Il était prévisible que l’artistique marchand se fasse entendre à l’instar des autres marchands. C'est l’implacable logique de la culture marchande.

  • Posté par Noelb Renzo, mercredi 5 janvier 2022, 15:23

    Allez, on va se marrer ! Seuls les non-vaccinés ont le droit de participer à toutes les activités culturelles pendant une semaine. La semaine suivante, rien que les vaccinés. C'est la justice dite "sociale".

  • Posté par Deladrier-rase , mercredi 5 janvier 2022, 15:09

    On s'enfonce dans le n'importe quoi... le taux de reproduction « Rt » du virus n'est pas calculable objectivement et le sera encore moins avec les nouvelles mesures par lesquelles on va moins tester. Idem pour la concentration en CO2 qui donne juste une indication que l'air n'est plus très frais mais n'a rien à voir avec une quelconque concentration du virus dans ce même air...etc... C'est un piège pour la culture et pour le reste car en coulant cela dans une Loi ou AR, le gouvernement se couvre vis-à-vis d'autres recours en justice. Pourtant pas compliqué de donner les autorisation en fonction de critère techniques de renouvellement d'air, ça au moins c'est objectif. On parle quand même d'un public vacciné (ou testé) et on revient à la case départ de la pandémie (le baromètre avait été évoqué au début). Libre à ceux qui ont peur ou ont des doutes de ne pas se rendre au théâtre.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mercredi 5 janvier 2022, 15:47

    En effet, aucune obligation de se rendre au théâtre, au concert, au cinéma, etc. pour ceux ou celles qui ne le souhaitent pas. Comme il n'est pas non plus "obligatoire" de se rendre en forêt ou en bord de mer lorsqu'une forte tempête menace... même si le risque de se prendre une "grosse branche" sur la tête n'est jamais, ni de 0%, ni de 100%. Il est toujours possible de s'abstenir et ce sera mon cas jusqu'à nouvel ordre et jusqu'à plus ample informé sur les caractéristiques "finales" du variant en cours de "mise sur orbite" (les deux jumeaux "partis vers la lumière" apprécieront le terme, ou pas...), et sur ses conséquences sur les soins de santé nécessaires à de nombreux patients, "covid" ou pas. Pour l'HoReCa et les transports en commun (dans la mesure du possible) où l'on rencontre "tout et n'importe quoi", itou. Et nul besoin d'interdictions plus ou moins strictes, ou de règles particulières "venant d'en haut", pour se rendre compte par soi-même des risques importants ou faibles (mais jamais nuls, désolé...) que l'on prend en telle ou telle circonstance. Du bon sens, toujours et encore du bon sens...

  • Posté par STORDIAU Pierre, mercredi 5 janvier 2022, 13:44

    Nous sommes TOUS pour la Culture; la Belgique joyeuse; le retour au "temps d'avant" ; etc. ... Mais maintenant que l'on a "judiciarisé" la pandémie Covid (qui n'existerait pas selon certains) en utilisant des leviers de la démocratie (Conseil d'état) ... pourquoi s'en priveraient-ils ? Sauf que le virus s'en fiche des lois; des prétoires; et de la foire d'empoigne qui enfièvre une certaine catégorie de public ... depuis que le Conseil d'état a ouvert la boite de Pandore. Conséquences ? >>> On prolongera la durée de nos souffrances avant de voir le bout du tunnel ! Tout simplement ...

Plus de commentaires

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs