Accueil Opinions Éditos

En dépit des promesses, le Congo demeure embourbé, comme le 4x4 du président…

L’accord intervenu entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi avait fait mentir tous les pronostics pessimistes. Un an plus tard, à l’instar du 4x4 présidentiel alourdi par trop de passagers, l’appareil de l’Etat s’est embourbé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Le Congo n’est jamais avare de surprises : voici trois ans, l’accord intervenu entre Joseph Kabila – dont le dauphin Shadary avait été désavoué par les électeurs – et Félix Tshisekedi, le moins bien loti des candidats à l’élection présidentielle, avait fait mentir tous les pronostics pessimistes. Au début de l’an dernier, après de longues manœuvres de persuasion « à la congolaise », c’est-à-dire à coup de billets verts et sans aucune violence, la majorité qui permettait à Kabila de contrôler tant le Sénat que le Parlement basculait et assurait au chef de l’Etat surnommé « Fatshi-béton » une majorité… bétonnée. L’espoir prenait racine : la « vision » du chef de l’Etat, désormais dotée d’une marge de manœuvre confortable, allait enfin se concrétiser.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Édito L’indécente paralysie de la Vivaldi

Alors que la hausse des prix frappe de plein fouet les Belges, les membres de la Vivaldi ne parviennent pas à se mettre d’accord sur un plan d’action évoqué il y a quatre mois. Le pire aujourd’hui n’est pas le coût de l’énergie, mais l’abandon des politiques.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs