Accueil Sports Tennis Grands Chelems

Une exemption médicale pour Djokovic à l’Open d’Australie: le patron du tournoi exhorte le Serbe à s’expliquer

Craig Tiley insiste que le N.1 mondial n’a pas bénéficié de traitement de faveur, mais souhaite que ce dernier dévoile la raison derrière sa dérogation afin d’éteindre la polémique.

Temps de lecture: 3 min

Le directeur de l’Open d’Australie Craig Tiley a exhorté mercredi Novak Djokovic à dévoiler la raison de la « dérogation médicale » qui lui permettra de participer au premier Grand Chelem de l’année, sans jamais avoir dit s’il était vacciné ou non contre le Covid-19.

« Ce serait certainement utile si Novak expliquait les conditions dans lesquelles il a demandé et obtenu une exemption », a déclaré M. Tiley, également président de la fédération australienne (TA) aux journalistes.

« Je l’encourage à parler de cela à la communauté… Nous avons traversé une période très difficile au cours des deux dernières années et j’apprécierais certaines réponses à cela », a-t-il ajouté.

Le patron du tennis australien a toutefois affirmé que le numéro un mondial n’avait bénéficié d’aucun traitement de faveur pour obtenir cette dérogation, lors d’un processus supervisé par les autorités australiennes et celles de l’État de Victoria. Un total de 26 joueurs ou membres de leur staff, sur les quelque 3.000 qui ont fait le voyage en Australie, ont demandé une exemption et seuls quelques-uns d’entre eux ont obtenu satisfaction, a-t-il dévoilé.

« Toute personne remplissant les conditions a été autorisée à entrer. Il n’y a pas eu de faveur spéciale. Il n’y a pas eu de traitement spécial accordé à Novak », a insisté M. Tiley.

Déjà vainqueur de 20 Grands Chelems, comme Roger Federer et Rafael Nadal, le Serbe Novak Djokovic vise un 21e titre record à Melbourne. L’Open d’Australie, qui commence le 17 janvier, est son tournoi fétiche : c’est à Melbourne que le Serbe a remporté son premier Grand Chelem (2008), et personne ne s’y est imposé autant que lui (neuf victoires).

Depuis des mois, « Nole » laissait planer le doute sur sa participation au premier Grand Chelem de l’année, en raison de l’obligation faite aux joueurs de se vacciner contre le Covid-19 pour entrer en Australie et pouvoir disputer le tournoi.

Il a finalement annoncé mardi avoir obtenu une « dérogation médicale » lui permettant de faire le voyage. La Fédération australienne s’est retranchée derrière le secret médical pour ne pas justifier cette dérogation.

Cette annonce a notamment suscité des réactions négatives chez certains joueurs dénonçant un deux poids deux mesures, ou dans certains titres de la presse australienne, dans un pays où les mesures de lutte contre le Covid-19 ont été particulièrement strictes.

Novak Djokovic n’a jamais communiqué sur son statut vaccinal et s’était exprimé dès avril 2020 contre la vaccination obligatoire, alors envisagée pour permettre la reprise des tournois malgré la pandémie de Covid-19.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par El Cabron Nicolas, mercredi 5 janvier 2022, 10:19

    Djokovic n'a pas à révéler ses secrets médicaux pour permettre au patron du Tournoi de sauver la face.

  • Posté par D Marc, mercredi 5 janvier 2022, 9:45

    Il se déclare "anti-vax" et on lui accorde une "dérogation médicale". Cherchez l'erreur.

  • Posté par zay sergio, mercredi 5 janvier 2022, 9:24

    Je n'ai jamais eu une grande considération pour ce type et maintenant j'en ai encore moins

Aussi en Grands Chelems

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Tennis, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir