Accueil Société

Seize voyageurs ayant présenté de faux certificats PCR condamnés à des peines de prison allant jusqu’à un an

Il s’agit d’un premier groupe de personnes poursuivies et condamnées, parmi les 160 personnes qui devront s’expliquer devant la justice pour des faits de ce type.

Temps de lecture: 2 min

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné mercredi à des peines de prison jusqu’à un an 16 voyageurs qui lors des derniers mois avaient présenté une fausse attestation de dépistage négatif à l’aéroport de Bruxelles, pour pouvoir partir en voyage. Il s’agit d’un premier groupe de personnes poursuivies et condamnées, parmi les 160 personnes qui devront s’expliquer devant la justice pour des faits de ce type.

Depuis la mi-avril, les voyages vers l’étranger sont de nouveau possibles, sous conditions, avec dans la plupart des cas l’obligation de présenter un test PCR récent négatif. Dans les derniers mois, environ 820 personnes ont été surprises à Brussels Airport, tentant de passer avec un certificat falsifié. Environ 80 % d’entre eux ont accepté une transaction pénale de 750 euros, et ne passent donc pas au tribunal. Les autres sont poursuivis par groupes par le parquet de Hal-Vilvorde.

Douze des prévenus faisaient défaut à l’audience. Le tribunal a condamné onze d’entre eux à une peine de six mois de prison et 1.600 euros d’amende pour faux en écriture ou en informatique. Le douzième écope d’une peine de prison doublée par rapport aux autres, car il était effectivement porteur du coronavirus au moment de la présentation de son faux certificat.

« Peu de tels cas d’école d’un comportement égoïste sans borne »

Une femme qui était quant à elle bien présente, mais a maintenu qu’elle était innocente, a été condamnée à six mois avec sursis et 800 euros d’amende. Les trois autres personnes présentes au procès ont écopé de peines de travail de 60 heures, avec une peine de remplacement d’un an de prison.

Le tribunal a estimé dans son jugement qu’il y a « peu de tels cas d’école d’un comportement égoïste sans borne ». Les prévenus ont « délibérément mis en danger la société en plaçant leur propre liberté de voyager au-dessus de l’intérêt général ». Or, « le trafic aérien international est le parfait soutien pour le virus pour continuer de se répandre à grande échelle », rappelle encore le jugement. Les prévenus ont fait preuve d’un comportement « non seulement asocial mais aussi potentiellement à risque pour la vie d’autrui ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Adolphe Bonisseur, journaliste citoyen et fact-checker, mercredi 5 janvier 2022, 18:20

    1 an de prison pour un faux PCR vs 10 ans pour tuer une policière.

  • Posté par Grulois Stanislas, mercredi 5 janvier 2022, 19:46

    Quoiqu'il en soit ce n'est jamais assez cher payé. Mais là on va avoir une jurisprudence vis-à-vis de gens considérés comme ayant adopté un comportement égoïste sans bornes... à propos, c'est pas vous qui vous vantiez d'avoir utilisé des pass de diverses provenances récemment?

  • Posté par J.-M. Tameyre, mercredi 5 janvier 2022, 18:46

    Vous avez raison. Les assassins de la policière ont assumé leurs actes en Cour d'Assises et ont fait face à leurs juges. Ceux qui répandent leurs virus en n'assumant rien (un était positif avec un faux PCR) méritent le double : 20 ans pour avoir ruiné définitivement la santé des autres (cf. le témoignage du député français Raphaël Gérard devant ses collègues).

  • Posté par Backelant Evelyne, mercredi 5 janvier 2022, 18:20

    Environ 80 % d’entre eux ont accepté une transaction pénale de 750 euros, et ne passent donc pas au tribunal... Ils payent et donc pas de justice pour eux...

  • Posté par Georis Olivier, mercredi 5 janvier 2022, 18:48

    Si, ils ont été pincés, condamnés et leur peine est de 750€.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko