Accueil Monde Asie-Pacifique

Le Kazakhstan décrète l’état d’urgence sur tout son territoire: les images impressionnantes

Des centaines de manifestants sont descendues dans les rues pour protester contre la hausse des prix du gaz.

Temps de lecture: 3 min

Le Kazakhstan a décrété mercredi soir l’état d’urgence sur tout son territoire, en proie à des manifestations violentes depuis plusieurs jours et où la foule a pris d’assaut les bâtiments gouvernementaux de l’ex-république soviétique d’Asie centrale.

L’instauration de l’état d’urgence a été annoncée à la télévision publique kazakhe, selon les agences russes, dont l’agence officielle TASS.

L’internet et les téléphones portables étaient bloqués mercredi dans le pays.

Le président kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, avait auparavant dénoncé, dans une allocution télévisée, « des attaques massives contre les forces de l’ordre » affirmant que celles-ci avaient fait dans leurs rangs des morts et des blessés.

« Des groupes d’éléments criminels battent nos soldats, les humilient, les traînant nus dans les rues, agressent les femmes, pillent les magasins », a-t-il décrit.

« En tant que chef de l’Etat et à partir d’aujourd’hui président du Conseil de sécurité, j’ai l’intention d’agir de la manière la plus ferme possible », a-t-il encore dit.

Le mouvement de colère, qui avait éclaté dimanche dans une ville de province après une hausse des prix du gaz, s’est étendu à Almaty, capitale économique et plus grande ville du pays, dans la nuit de mardi à mercredi.

Après une nuit d’émeutes qui ont vu l’arrestation de plus de 200 personnes, des milliers de manifestants ont pris d’assaut le siège de l’administration d’Almaty mercredi après-midi, semblant en avoir pris le contrôle.

La police a tiré grenades assourdissantes et gaz lacrymogène sur les manifestants, dont certains étaient armés de matraques et de boucliers pris aux forces de l’ordre, mais n’a pas pu les empêcher de pénétrer dans le bâtiment, selon des journalistes de l’AFP.

Des bâtiments pris d’assaut

Des hommes en uniforme de police ont été aperçus déposant leurs boucliers et leurs casques pour embrasser les protestataires. « Ils passent de notre côté ! », a lancé une femme en enlaçant un autre manifestant.

Des médias locaux ont rapporté que les manifestants s’étaient ensuite dirigés vers la résidence présidentielle dans la ville, et que les deux bâtiments étaient en flammes.

Des informations impossibles à vérifier dans l’immédiat faisaient état de troubles dans tout le pays, et de la prise de l’aéroport d’Almaty par les manifestants.

La compagnie russe Aeroflot a annulé son vol au départ de Moscou pour cette ville.

Dans un effort pour juguler la crise, le président Tokaïev avait déjà limogé le gouvernement et décrété l’état d’urgence dans plusieurs régions dont Almaty et la capitale, Nur-Sultan, récemment rebaptisée ainsi en l’honneur de l’ancien président Noursoultan Nazarbaïev.

Un couvre-feu est en vigueur de 23h à 7h.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs