Accueil Société

Comité de concertation: ce qui est attendu ce jeudi

Il semblerait que la volonté du politique soit entre autres de « sensibiliser aux risques du variant omicron », d’autant plus que les règles de dépistage et de quarantaine seront quelque peu assouplies dès lundi prochain.

Temps de lecture: 2 min

Un nouveau Comité de concertation a lieu jeudi, pour marquer le coup d’une nouvelle année qui débute toujours sous le signe du coronavirus. Représentants des gouvernements fédéraux et des entités fédérées discuteront à partir de 9h30 sous forme hybride (partiellement en virtuel), principalement pour faire un état des lieux. On n’attend aucune décision déterminante de la réunion.

Il y a en effet encore trop peu de clarté sur l’impact du variant omicron, entend-on quelques heures plus tôt.

Les ministres de la Santé se sont accordés de lundi à mercredi sur de nouvelles règles quant au dépistage et au suivi des cas positifs et de leurs contacts à haut risque, y compris en milieu scolaire. L’arsenal modifié est donc prêt pour la rentrée des classes de lundi prochain. Celle-ci marque le retour au 100 % en présentiel pour le secondaire, comme l’avaient précisé les ministres le 22 décembre.

Quant à la culture, qui avait grondé après ce même « Codeco » du 22 décembre, puis obtenu un retour en arrière, ses représentants ont rencontré le cabinet du ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke en début de semaine. Ce dernier leur a présenté une ébauche de baromètre liant l’ouverture des salles et l’organisation d’événements (et du sport), en fonction de certains critères, à différents paramètres de la pandémie de covid. Cette ébauche dont les autorités ne veulent pas dévoiler les détails sera abordée lors des discussions de jeudi. Elle n’a pas vocation à être opérationnelle maintenant, mais plutôt après le Codeco suivant.

On l’a compris, il n’y aura pas de changement de cap à la suite de ce Comité de concertation. « Il y a un soutien assez large aux mesures telles qu’elles existent actuellement », indique une source proche des discussions.

Il semblerait que la volonté du politique soit entre autres de « sensibiliser aux risques du variant omicron », d’autant plus que les règles de dépistage et de quarantaine seront quelque peu assouplies dès lundi prochain.

Les ministres fédéraux se sont réunis en kern avant le Comité de concertation de ce jeudi. Ils poussent à un retour au présentiel intégral dès la rentrée scolaire de lundi, aussi dans le secondaire.

Les experts du Gems préconisent le passage à 100 % au télétravail.

À lire aussi Qu’est-ce qui pousse des scientifiques à refuser le vaccin?

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Durieux Karine, jeudi 6 janvier 2022, 9:31

    "sensibiliser aux risque d'omicron" et en même temps alléger les procédures de testing, raccourcir les quarantaines et sans doute relâcher l'un ou l'autre sous-secteur...Le grand écart devient de plus en plus compliqué à comprendre...

  • Posté par Heneffe Jean-marie , jeudi 6 janvier 2022, 9:56

    Un dilemme difficile à suivre, en effet. Avec bientôt 50.000 positifs chaque jour et une évolution exponentielle de cas contacts à haut risque, il faut pourtant bien assouplir quelque peu les règles. Croisons les doigts pour que la situation ne se détériore pas trop dans les hôpitaux, mais il faut aussi penser à l’économie, au fonctionnement même des soins de santé et à l’enseignement : avec un absentéisme de grande ampleur, de très nombreux secteurs risquent de se retrouver bientôt très ralentis ou même à l’arrêt. Les choix sont cornéliens et le mieux est parfois l'ennemi du bien.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko