Accueil Société

Le vaccin reste-t-il efficace face à omicron? La réponse de Steven Van Gucht

Le scientifique était présent lors du Comité de concertation. Il a livré un petit exposé sur le variant omicron.

Temps de lecture: 1 min

Lors de la conférence de presse du Comité de concertation, Steven Van Gucht a été donné un petit exposé sur le variant omicron qui est dominant aujourd’hui en Belgique. Plus de 25.000 nouvelles infections au coronavirus ont été constatées lundi, un nombre quotidien record pour la Belgique. « La cinquième vague a commencé. La moyenne hebdomadaire augmente de 82 %. Lundi et mardi, nous avons inscrit des valeurs records pour les contaminations. Mardi, on aura eu entre 28 et 29.000 contaminations enregistrées. Deux phénomènes jouent : l’effet de la période des fêtes et le variant omicron, qui contamine rapidement ».

« On constate que le booster augmente notre protection contre la contamination en elle-même. Après la 3e dose, la protection de l’ordre de 60 à 70 % et ont beaucoup moins de risque de contamination dans les semaines qui suivent l’injection, » a déclaré le scientifique. « La troisième dose nous protège mieux contre le variant delta mais aussi contre omicron. On a déjà bien avancé avec la campagne pour la dose de rappel. On approche des 40 % mais à Bruxelles, ça traîne plus, avec 23,2 %. Chez les plus de 65 ans, une amélioration est encore possible, surtout avec omicron ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par El Cabron Nicolas, vendredi 7 janvier 2022, 16:08

    Le booster augmente la protection. La question est jusqu'à quand? un mois, deux mois, quatre mois...?

  • Posté par curto calogero, vendredi 7 janvier 2022, 15:19

    Bien Jean-Luc, donc ont sait le faire, alors pourquoi ont quantifie pas, la charge virale dans l'air d'un local fermer.

  • Posté par curto calogero, vendredi 7 janvier 2022, 9:19

    Comment, il mesure la charge virale d'un contaminé. Peut t'ont quantifier le virus.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, vendredi 7 janvier 2022, 11:34

    <calogero>, mon "brave ami", comme déjà explicité à plusieurs reprises, c'est une des caractéristiques intéressantes des tests dits "PCR" (en fait <qRT-PCR>, pour <quantitative Reverse Transcription-Polymerase Chain Reaction") de pouvoir déterminer de manière indirecte (via le nombre de cycles d'amplification) l'importance de la charge virale chez l'individu testé (au moment du prélèvement). [https://fr.wikipedia.org/wiki/PCR_quantitative]. [https://www.ncbi.nlm.nih.gov/probe/docs/techqpcr/].

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 7 janvier 2022, 9:41

    Par un test PCR qui évalue correctement toujours la présence du matériel génétique du virus. Il évalue aussi correctement la charge virale infectieuse lorsqu'il est réalisé au pic de l'infection du sujet. L'alternative est un test de culture du virus en laboratoire. Celui-ci n'est fiable que si le patient est en laboratoire pour éviter que le virus ne meure en chemin.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko