Accueil

Charlotte Bourlard: taxidermie

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Le premier roman de Charlotte Bourlard est un refuge autant qu’un piège. La narratrice de L’apparence du vivant, une jeune photographe, a trouvé la paix, peut-être même l’amour, auprès des Martin, un couple propriétaire d’un funérarium désaffecté. Ils sont vieux, très vieux – si vieux que le mari est immobile, sur le lit où il fait mine de dormir. Ils sont riches, aussi. « Leur fortune, ils l’ont amassée lentement. Elle repose au deuxième étage, enfermée dans des cercueils que je dois vider. Des dizaines de kilos de billets rangés par liasses. » A la mort de madame Martin, que celle-ci appelle souvent, tout reviendra à leur fille choisie, héritière idéale. Pour autant qu’elle s’acquitte d’un travail délicat qui suppose un long apprentissage.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs