Accueil Monde États-Unis

Assaut du Capitole: Joe Biden s’en prend à son prédécesseur et son «tissu de mensonges»

Le président démocrate a célébré le premier anniversaire de l’assaut contre le Capitole, siège du Congrès, en promettant qu’il empêcherait tout nouvel incident similaire. Les républicains, quasi entièrement soumis à Donald trump, ont soigneusement évité de participer aux cérémonies.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 3 min

Joe Biden a toujours pris grand soin d’éviter de nommer son prédécesseur, depuis son entrée à la Maison Blanche le 20 janvier 2021. Le 46e président des Etats-Unis tenait à se concentrer sur les priorités économiques et sanitaires du pays, et à réconcilier une Amérique déchirée par les passions politiques et raciales. Trop de travail, arguait-il, pour être pollué par le souvenir de l’ex-occupant du Bureau ovale.

Un an plus tard, Joe Biden est apparu sous les ors du Congrès pour célébrer un triste anniversaire, celui de l’assaut sanglant contre le Capitole du 6 janvier 2021 (5 morts, et 4 suicides ultérieurs). Et cette fois, l’ombre de Donald Trump rôdait derrière chaque tournure de phrase, bien que le dirigeant démocrate se garde de le citer nommément.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, samedi 8 janvier 2022, 9:40

    L'ubuesque émeute au Capitole le 6/1/21 est bien entendu condamnable et les fauteurs violents en on été ou seront justement sanctionnés. Bien sur que l'élection n'a pas été faussée par une fraude d'ampleur significative, Trump devrait le reconnaître. Mais il est vrai que le comptage à la fermeture des bureaux de vote le donnait gagnant!. La différence en faveur de Biden est due au vote par correspondance toujours favorable aux démocrates, démultiplié par l'épidémie COVID, dont une part contestable et effectuée par des ramassages groupés, pour lesquels les dates limites furent étendues à l'extrême et les contrôles d'identité laxistes. Disons qu'avec nos règles électorales qui disposent une présence physique dans les bureaux de vote sauf empêchement dument justifié, contrôle rigoureux des identités et interdiction d'envois groupés de bulletins , Trump aurait été gagnant. Il n'est pas étonnant que tout projet d'amélioration des règles électorales pour les rendre en fait comparables aux notres - le controle des identités surtout - met les démocrates en rage et les fait évoquer Jim Crow (ce que fit Biden soi-même)

  • Posté par Staquet Jean-Marie, dimanche 9 janvier 2022, 19:16

    *le vote n'est PAS obligatoire...

  • Posté par Staquet Jean-Marie, dimanche 9 janvier 2022, 19:15

    Fondamentalement, quand on se renseigne sur les conditions du vote dans certains Etats, on reste pantois. Quel que soit le camp qu'on soutient, on doit bien admettre qu'en Europe, des élections tenues dans ces conditions seraient décrites comme irrégulières. Qu'on doive prouver qu'on est citoyen, en âge de voter ET résident à l'endroit où on se présente pour voter n'est en rien une obstruction, une manipulation du scrutin ou une discrimination. C'est aberrant. Sinon, quoi? Des étrangers peuvent voter ou des gens se présenter à un bureau de vote à 10h puis aller à midi dans le comté voisin, puis voter à 14h dans l'Etat voisin et personne ne voit rien et ne dit rien, d'autant plus que comme le vote est obligatoire on peut difficilement faire la balance entre nombre d'électeurs potentiels et nombre de voix émises? Je ne dis pas que c'est ça qui se passe mais franchement, à un moment, quelqu'un doit se décider à remettre de l'ordre dans un tel système, qui prête nécessairement le flanc au soupçon.

  • Posté par D L, dimanche 9 janvier 2022, 17:12

    La description donnée par Robert Naeije reflète bien ce qui s'est passé suite à une procédure électorale dépendant de chaque État et un doute existera toujours sur l'élection de Biden sans doute due à la collecte (légale) des bulletins des habituels non-votants chez eux par les militants Démocrates. Ceci dit en 2000 l'élection de Bush grâce à la Floride était encore plus bizarre.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, dimanche 9 janvier 2022, 13:12

    Je n’arrive pas à comprendre comment on peut faire passer pour une entrave à l’exercice du droit de vote l’exigence de démontrer son statut de citoyen US résident à l’endroit où il veut voter.

Plus de commentaires

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs