Accueil Belgique Politique

La «taxe avion» devrait concerner tous les vols, y compris ceux de plus de 500km

La taxe avion devait au départ uniquement concerner les vols « courts », où la destination finale est à moins de 500km des aéroports belges. Finalement, tous les vols devraient être concernés.

Temps de lecture: 2 min

L’annonce d’une « taxe avion », à la sortie du conclave budgétaire d’octobre 2021, devait initialement concerner les vols de transit au départ d’aéroports belges de moins de 500 km afin d’encourager les alternatives comme le train, par exemple. Le projet tel qu’il a été négocié jusqu’ici par les différents partenaires de la Vivaldi – et dont ont pris connaissance La Libre Belgique et La Dernière Heure – devrait finalement concerner tous les vols.

Concrètement, écrivent les deux quotidiens dans leur édition de vendredi, la taxe serait de 10 euros par billet si la destination finale au départ de la Belgique est située à moins de 500 km à vol d’oiseau par rapport à l’aéroport de départ (hors transit). Elle serait de 2 euros si la destination finale au départ de la Belgique (hors transit) est située à plus de 500km à vol d’oiseau mais dans l’Espace économique européen (EEE) ; et 4 euros hors de l’EEE. En d’autres termes, tout le monde sera concerné.

Cette « taxe avion » s’inscrit dans le cadre plus large des négociations concernant le tax shift. Ce glissement fiscal, de 300 millions d’euros en 2022, doit en effet en partie être financé par cette taxe sur les billets d’avion, à hauteur de 30 millions d’euros.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par jourdain Claude, vendredi 7 janvier 2022, 13:13

    Le transport de masse, à (trop) "bon marché", des marchandises et des personnes est amené à disparaître.

  • Posté par Lambert André, vendredi 7 janvier 2022, 7:33

    Cela va enfin dans le bon sens, mais le curseur aurait pu être placé plus haut. Et à quand la taxation du kérosène ?

  • Posté par Lambert André, vendredi 7 janvier 2022, 11:36

    La philosophie du prédateur fiscal a comme corollaire la philosophie du fraudeur fiscal !

  • Posté par Lambert Jean-Paul, vendredi 7 janvier 2022, 11:21

    En effet cela fait des années que l'aviation est mutualisées, pas de taxe de kérosène, subsides des régions, de l'état etc... Il est temps d'aller dans ce sens.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, vendredi 7 janvier 2022, 9:45

    La philosophie du prédateur fiscal: un problème, une taxe. À la fin, son besoin devient tellement incontrôlable qu’il crée même le problème pour pouvoir ajouter une taxe. Quand on n’a qu’un marteau, tout ressemble à un clou.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Coronavirus: mini-guerre scolaire en vue sur les mesures

Comme attendu, l’école est fortement perturbée par le variant omicron. Entre ceux qui veulent encore assouplir et ceux qui jugent que cela serait irresponsable, la tension est palpable. Une réunion conjointe des ministres de la Santé et de l’Enseignement est annoncée pour mercredi.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs