Accueil Opinions Éditos

Paris à la tête de l’UE: un tour d’équilibriste

Paris a donné vendredi le coup d’envoi de la la Présidence française du Conseil de l’Union européenne. La tâche s’annonce rude et les défis colossaux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

La France endosse les habits de la présidence semestrielle tournante d’une bonne partie des travaux de l’Union européenne. Avec, pour leitmotiv : l’édification d’une Europe souveraine, qui ferait jeu égal avec les Etats-Unis ou la Chine. C’est dire, déjà, combien la perception d’être peu ou prou « largués » par ces locomotives a percolé dans bien des esprits…

La tâche s’annonce rude.

Pour le président de la République, d’abord. Emmanuel Macron, héraut d’une Union en marche, victorieux d’un premier mandat gagné sur fond de discours pro-européen, se trouve confronté pour la (très probable) quête d’un bis en avril à des concurrents nationalistes franco-français, capables même de s’enflammer pour un drapeau européen brièvement exhibé sous l’Arc de Triomphe. Et à un électorat toujours dubitatif quant aux bienfaits de l’UE. Le contexte risque de brider des ardeurs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Lecocq Annie, dimanche 9 janvier 2022, 20:25

    Pour le président de la République, d’abord. Emmanuel Macron, héraut d’une Union en marche. Héraut: au Moyen Âge, officier dont les fonctions étaient la transmission des messages, les proclamations solennelles, ça correspond bien à Macron ( Moyennâgeux)

  • Posté par Verspeeten Patrick, samedi 8 janvier 2022, 11:06

    Sans intérêt, ce cirque va brasser beaucoup de vent et d'energie pour pas grand chose.

  • Posté par Lecocq Annie, dimanche 9 janvier 2022, 20:20

    ça fera du bien pour les éoliennes!

  • Posté par Verspeeten Patrick, samedi 8 janvier 2022, 11:06

    Sans intérêt, ce cirque va brasser beaucoup de vent et d'energie pour pas grand chose.

  • Posté par D Marc, samedi 8 janvier 2022, 8:03

    Quelque soit la présidence, c'est la Commission qui a le droit d'initiative et en général (pour les codécisions), le Parlement et le Conseil qui décident. Un projet prend plusieurs années pour passer le processus. La "Présidence" permet tout au plus de souffler des initiatives à la Commission et de recueillir les fleurs des législations abouties lancées par les présidences précédentes. C'est une tradition de lancer une nouvelle Présidence en grande pompe et de la clôturer avec les remerciements de tous les autres pays qui attendent leur tour. Le Belgique n'a pas échappé à cette mise en scène.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs