Accueil Belgique

Rudi Vervoort, l’urgence d’un nouveau départ pour Bruxelles

Les premiers mois de 2022 diront si le gouvernement bruxellois se reprend ou s’empêtre dans les tensions à répétition.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Deux petites années utiles… Un capital de temps politique réduit pour le gouvernement Vervoort – les autres exécutifs du Royaume sont en principe logés à la même enseigne. Rétroplanning imparable : en 2024, le premier semestre a ses scrutins européen, législatif, régional, le second ses élections communales. Dans 24 mois, les bonnes résolutions seront donc unanimement électorales… En 2022, elles se veulent collégiales : « On veut avancer sur les dossiers ». Un mode constructif inspiré par une fin d’année désastreuse, en termes d’image, pour la majorité bruxelloise, laquelle a enchaîné des crise(tte)s sur le budget, l’abattage rituel, l’encadrement du secteur des taxis, la politique de stationnement… Avec déclarations musclées dans les travées parlementaires, en coulisses, et aux micros. Une mauvaise séquence dont espère sortir au plus vite le ministre-président socialiste. Parce qu’il déteste les conflits. Et parce que cette cacophonie ternit son blason de chef d’équipe.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs