Accueil Belgique Politique

Ce que la démission de Jean-Luc Crucke dit du MR

Dans le duel Bouchez-Crucke, le ministre s’étant retiré, c’est le président qui semble avoir gagné. A première vue. Mais sur le plus long terme ? Trois dangers guettent.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 6 min

Il avait la main sur la poignée de la porte depuis décembre et la polémique née de son décret fiscal. Ce lundi de rentrée, Jean-Luc Crucke a refermé la porte derrière son poste de ministre wallon du Budget. Et sur sa carrière politique de 35 ans. En fin de semaine, il ne sera plus membre du gouvernement wallon, mais candidat juge à la Cour constitutionnelle. Ce retrait n’est donc pas une totale surprise. Après la crise interne de décembre. Et après les divergences de vues qui émaillent, depuis plus d’un an, les relations entre le ministre et son président (Le Soir du 15 décembre). Mais il éclaire ce qui se joue aujourd’hui au MR.

Voyons cela.

1

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, mardi 11 janvier 2022, 15:53

    Monsieur le Ministre, Vous connaissez l'admiration que je vous porte, mais sur ce point... non, je ne suis pas d'accord avec vous. Je vous conjure de renoncer à vous présenter comme "quelqu'un qui est trop âgé pour changer d'opinion ou d'attitude, et, en outre, peut-être trop émotif ou passionné". (Ce ne sont sans doute pas vos mots exacts, mais tant mieux, car, dans ce cas, vous comprendrez mieux comment j'interprète vos dires.) Je vous conjure aussi de ne plus souligner toutes les qualités, dont l'intelligence de M. Bouchez. Il y a une différence entre "semer la zizanie" et "encenser son opposant". Il me semble qu'involontairement, vous donnez l'impression d'admettre que M. Bouchez est peut-être plus intelligent et mature que vous et que donc, tout compte fait, il vaut mieux que vous laissiez la place à quelqu'un qui sera tout à la fois plus malin, plus jeune et plus maître de lui. Imaginez un moment que M. Bouchez ait 60 ans et vous 45. Ne l'imaginez-vous pas facilement vous dire "Voyons, Jean-Luc, muris un peu!" Vous l'ennuyez en fait, vous êtes dans son chemin. Comme le disait très bien, ce matin, un journaliste de la RTBF: pour M. Bouchez, vous êtes "la tête qui dépasse", un des obstacles dans la "Bushisation" (ou "Bouchisation"???) du MR. Je vous attribue cependant un (très) bon point: vous continuez à vous affirmer "libéral". Continuez, tapez sur le clou. C'est vous qui représentez le vrai libéralisme, le vrai défenseur de la liberté d'entreprendre, le vrai défenseur de toutes les libertés compatibles avec celles des autres, le vrai défenseur du progrès, non seulement technologique, mais humain et écologique. Bref! Ne vous excusez plus de n'être "que" vous-même, car vous êtes un phare de la démocratie. Le Parti de la liberté et du progrès, alias le Mouvement réformateur (et, dans son sillage, la Belgique elle-même!), a besoin de vous pour tenter d'inverser les équilibres internes à ce parti historique si important pour notre pays. Bien à vous.

  • Posté par D L, mardi 11 janvier 2022, 10:34

    Ce que Bruxelles et la Wallonie ont besoin d'un puissant parti de droite démocratique pour éviter l'alternative qu'a dû choisir la Flandre. Le départ de JLC est triste, car il défendait ses convictions. Malheureusement, le décret sur la fiscalité qu'il a fait passer va toucher beaucoup de petites gens, mais pas ceux conseillés par des experts.

  • Posté par Roland Douhard, mardi 11 janvier 2022, 9:08

    Jean-Luc Crucke fait partie des personnalités politiques libérales séduisantes parce que sincères et donc crédibles. Tout à l'inverse du président nombriliste, autoritaire et faussement solaire du MR, il fait passer ses valeurs et ses engagements avant toutes combines politiciennes. Ce qui n'est pas banal dans le paysage belge. Je ne suis qu'un citoyen lambda, mais moi, je fais partie des électeurs de centre gauche, sociaux libéraux ou sociaux démocrates, peu importe, qui auraient pu voter pour lui ou ses semblables au MR, malheureusement trop peu nombreux. L'extrême droitisation infligée à ce parti par Georges-Louis Bouchez (jusqu'à admirer "la cohérence" de Zemmour ...) m'empêche de faire un pas vers les libéraux francophones. Je suis donc orphelin d'une formation politique authentiquement libérale, sociale et régionaliste. Le départ de l'ancien ministre wallon du Budget est une perte pour la Wallonie. Quel gâchis ! L'année prochaine, les libéraux devraient réfléchir à deux fois avant de confier à nouveau au satrape de Mons le fauteuil de président ...

  • Posté par Fonder Daniel, mardi 11 janvier 2022, 8:45

    Une analyse très loin des aspirations de l’électeur … il y a un grand nombre de belges qui sont lassés des discours idéologiques très verts, de la Wallonie de l’assistanat, de ce libéralisme laïque très libre-pensant, … sand doute GLB l’a-t-il senti … et il perd surtout un relai électoral tres bon communiquant, mais au delá le libéralisme de Crucke est difficile à comprendre pour les électeurs du MR …

  • Posté par Renoy Christian, mardi 11 janvier 2022, 1:23

    Bonne route à Jean-Luc Crucke, et bonne chance à ceux qui restent...

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs