Accueil Marché de l’art

La start-up wallonne Ionnyk a inventé le cadre d’art numérique: «J’ai eu l’idée devant Harry Potter»

Son cofondateur, Mathieu Demeuse, a accroché à l’Exposition universelle de Dubaï, les tableaux du futur sur papier électronique.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Basée à La Hulpe, la société Ionnyk a été fondée par Mathieu Demeuse et Antoine Baudoux. Ensemble, ils ont commercialisé le premier cadre d’art numérique « e-paper » au monde. Au premier regard, cet objet de haute technologie, ressemble trait pour trait à un cadre classique. En réalité, son papier électronique cache des millions de capsules d’encre invisibles, qui permettent de reproduire à la perfection n’importe quelle œuvre en noir et blanc. L’acheteur du cadre peut y stocker des créations digitales et, s’il le désire, s’abonner à la plate-forme d’Ionnyk pour accéder à un catalogue de plus de mille œuvres. Un dépôt de brevet est en cours sur le procédé de traitement de l’image. Ionnyk fonctionne avec une équipe multidisciplinaire comportant d’une part un comité artistique, et de l’autre des ingénieurs, des développeurs de software.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Marché de l’art

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs