Accueil Économie Consommation

Nombre record d'employés disposant d'une voiture de société

L'an dernier, 22% des employés disposaient d'une voiture de société, soit 3% en plus par rapport à 2020. Il s'agit d'un nombre record selon le prestataire RH Acerta qui présente mercredi son sixième baromètre de mobilité. La voiture et le vélo restent à peu près aussi populaires pour se rendre au travail, mais le coronavirus a influé négativement sur l'utilisation des transports en commun.

Temps de lecture: 2 min

Le Belge privilégie la voiture pour se rendre au travail. "Lorsque nous nous sommes rendus au travail l'année dernière, dans près de huit cas sur dix (78,4 %), c'était au moins en partie en voiture. Cela n'a presque pas changé (+0,1 %) par rapport à l'année précédente et a augmenté de 1,1 % par rapport à avant la pandémie. 60,3 % des travailleurs choisissent toujours de se rendre au travail en voiture", explique Acerta.

La majorité des employés disposant d'une voiture de société ont toujours un véhicule diesel (67,1 %), mais cette part a diminué de plus de 7 points de pourcentage par rapport à l'année précédente. En effet, les voitures hybrides, notamment, gagnent du terrain : de 2,5 % à 5,7 % en un an. Les voitures de société électriques ne représentent actuellement que 1,4 % de la flotte.

Si la voiture a la cote, une personne sur trois se rend au travail à vélo. "Le vélo continue de bien se porter dans les déplacements domicile-lieu de travail, mais nous ne constatons pas d'augmentation par rapport à 2020, la première année du coronavirus. Un tiers des travailleurs belges utilisent le vélo pour la totalité ou une partie de leur trajet domicile-lieu de travail. Un peu moins de 15% des travailleurs belges se rendent toujours au travail à vélo, ce qui représente une légère augmentation par rapport à 2020 (14,6 %). Le nombre d'indemnités vélo accordées est également resté stable en 2021 par rapport à l'année précédente", souligne Acerta.

Enfin, de moins en moins de personnes prennent le train, le tram ou le bus pour se rendre au travail. En 2019, 8,3 % des travailleurs dépendaient encore des transports en commun, en 2020 8,1 % et en 2021 7,8 %. Le pourcentage de travailleurs qui se rendent chaque jour au travail en transports en commun, à l'exclusion des jours de télétravail, est passé de 6% en 2020 à 5,7% en 2021.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par d dsti, mercredi 12 janvier 2022, 11:03

    Si on veut une réforme fiscale sérieuse taxant moins les classes moyennes travailleuses, la voiture de société est un des tabous qu'il faudra supprimer. Les autres tabous sont la non globalisation des revenus mobiliers et immobiliers (loyers!) et une taxation correcte des sociétés unipersonnelles qui ont vu le jour pour échapper aux charges sociales et aux taux IPP élevés. Mais ce n'est pas demain la veille qu'on pourra toucher à l'électorat de base du MR qui se réfugie derrière le terme "classe moyenne" alors qu'il défend surtout les acquis injustifiés tels que ceux que je mentionne.

  • Posté par Drumberg Benoit, mercredi 12 janvier 2022, 9:59

    Pendant que le sociétés offrent des voitures entièrement déductibles de leurs impôts, on va imposer aux citoyens lambda un changement de véhicule sous prétexte de réduire la pollution ! Mais ils ont trouvé la parade, ils disent vouloir passer à l'électronique, le véhicule le plus polluant qui existe ! Le pire, ce sont ces grosses berlines allemandes équipée d'un tout petit moteur électrique qui les rend entièrement déductibles !

  • Posté par J.-M. Tameyre, mercredi 12 janvier 2022, 10:12

    Les entreprises renouvellent leur flotte de leasing tous les 4 ans. Ces voitures sont concédées par l'employeur à ses employés parce que les taxes sur les salaires sont devenues in-te-na-bles. L'avantage de toute nature est un impôt dû par l'employé sur l'usage privé de son véhicule (sinon il devrait acheter une 2ème voiture). Et maintenant, l'impôt sur les voitures thermiques a doublé pour inciter les entreprises, qui sont le vrai moteur des ventes de voitures et de renouvellement du parc, à passer à l'électrique. Ceci pose d'immenses problèmes en ville : pas de bornes, des copropriétés interdisant les véhicules électriques en sous-sol par crainte d'incendie etc. Bref, la marche est forcée et nous restons gouvernés par des bricoleurs incapables.

  • Posté par Bonmariage Vincent, mercredi 12 janvier 2022, 9:04

    C'est normal que les transports en commun ont diminué : grâce au confinement ou télétravail, les routes se sont libérées des bouchons. Donc la voiture est redevenue fluide, rapide et confortable. Tout ce que le transport en commun n'est pas.

  • Posté par J.-M. Tameyre, mercredi 12 janvier 2022, 10:15

    Pour aller de Ganshoren à Brugman, ça prend 40 min. en voiture et 75 min. en tram/métro avec 3 correspondances. Et à la fin du trajet votre billet d'une heure n'est déjà plus valable ! Vivent les transports publics !

Plus de commentaires

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb