Accueil Monde États-Unis

Les Québécois non vaccinés représentent «un fardeau financier», le Premier ministre va leur imposer une taxe

« On travaille sur une contribution santé » pour « tous les adultes qui refusent de se faire vacciner » car ils représentent « un fardeau financier pour tous les Québécois », a déclaré mardi le Premier ministre québécois.

Temps de lecture: 2 min

Le Québec, province canadienne fortement touchée par la vague omicron, va mettre en place dans les prochaines semaines une nouvelle taxe – appelée « contribution santé » – qui touchera uniquement les personnes non-vaccinées contre le covid-19.

D’après le Premier ministre québécois François Legault, « le Québec travaille sur une contribution santé » pour « tous les adultes qui refusent de se faire vacciner » car ils représentent « un fardeau financier pour tous les Québécois ». Selon lui, les 10 % de Québécois qui n’ont reçu à ce jour aucune dose de vaccin ne doivent pas « nuire » aux 90 % qui se sont fait vacciner.

« Ce n’est pas à l’ensemble des Québecois de payer pour ça », a-t-il martelé lors d’une conférence de presse, précisant que le gouvernement de la province francophone souhaitait que cela représente un « montant significatif ». « Je comprends et je sens cette grogne à l’égard de la minorité non-vaccinée qui vient, toutes proportions gardées, engorger nos hôpitaux », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre québécois a expliqué que ces 10 % d’adultes non-vaccinés représentaient 50 % des personnes en soins intensifs, évoquant une situation « choquante ».

Pour tenter d’endiguer la nouvelle vague, le Québec a annoncé le 30 décembre le retour de certaines restrictions, dont le couvre-feu dès 22 heures et l’interdiction des rassemblements privés.

Au total, 2.742 personnes atteintes du covid sont hospitalisées au Québec, qui compte environ 8 millions d’habitants et quelque 255 personnes se trouvent aux soins intensifs. Les hospitalisations continuent aussi d’augmenter en Ontario, la province voisine et la plus peuplée du Canada avec 3.220 personnes hospitalisées (+753 en 24 heures) tout comme le nombre de personnes aux soins intensifs (477, +39).

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 12 janvier 2022, 12:37

    Leçon n°1 du parfait petit jésuite ou du négationniste d'extrême droite: ratiociner sans cesse; leçon n°2: dé-contextualiser. N°3, affirmer péremptoirement. N°4 répondre à côté. N°5: glisser sur les réponses qui dérangent. N°6 utiliser un vocabulaire et des méthodes dépréciatives voire injurieuses. 7. En appeler à la déstabilisation des institutions. Je vous laisse le soin de choisir les cases qui vous manquent, ADOLF, mais j'insiste sur la septième.

  • Posté par Adolphe Bonisseur, journaliste citoyen et fact-checker, mercredi 12 janvier 2022, 11:56

    Il n'aurait oser imposer une taxe sur autres "fardeaux financiers" comme les immigres au chômage. Ou les gens qui ont un mauvais style de vie (drogues, obesité, alcoholisme, etc). La réponse est simple: ne payez pas. Désobéissance civile.

  • Posté par Dupont Vincienne, mercredi 12 janvier 2022, 14:19

    En fait, les taxes, sur "les gens qui ont un mauvais style de vie" existe déjà, elle s'appelle la TVA (plus élevée sur les produits nuisibles, notamment) ou les accises (notamment sur le tabac et l'alcool). Mais c'est vrai que l'idée d'une "taxe sur les non vaccinés" semble davantage choquante (un peu comme les propos de Macron sur l'idée "d'emmerder" les non-vaccinés). Du point de vue de la forme, il aurait plutôt fallu instaurer une "taxe de solidarité covid" applicable à tous mais avec des dispenses pour les personnes vaccinées.

  • Posté par L. Jean-Christophe, mercredi 12 janvier 2022, 11:14

    Trop fort :) ils sont malins et ils osent au Québec...

  • Posté par collin liliane, mercredi 12 janvier 2022, 12:08

    @ Van Hooste La taxe pour les buveurs et les fumeurs existe: cela s'appelle les accises. Par exemple, en 2020, les accises sur le tabac ont rapporté 2.316 milliards € aux finances publiques. (En 2019 2.484 milliards €.). Par ailleurs, cela n'a pas grand sens de faire une comparaison entre une simple vaccination et des assuétudes (boisson, nourriture, tabac, drogues...) dont il est difficile de se guérir.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs