Accueil Monde France

France: haro sur les parrainages avant la présidentielle

Mélenchon, Zemmour et Le Pen affirment avoir des difficultés à récolter les 500 signatures. Mais il est trop tard pour réformer ce système contraignant.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Nous galérons, le système est totalement grippé », se plaint Marine Le Pen. « Le filtre est devenu un couperet », critique Jean-Luc Mélenchon. « C’est un scandale démocratique ! », tonne Eric Zemmour. A trois mois de la présidentielle, plusieurs candidats à l’Elysée s’élèvent contre le système qui les oblige à récolter 500 parrainages d’élus pour participer à la course électorale.

Ces parrainages doivent être déposés le 4 mars au plus tard. Quarante-deux mille élus (maires, parlementaires, conseillers départementaux ou régionaux) peuvent accorder leur précieux paraphe. Mais beaucoup sont réticents. En cause : une loi votée sous François Hollande. Au nom de la transparence, elle oblige à dévoiler à qui les élus ont accordé leur signature. Difficile, dans ces conditions, de parrainer un candidat clivant quand on est le maire sans étiquette d’un village.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par D L, samedi 15 janvier 2022, 10:55

    Il est clair que nous ne vivons plus en démocratie.

  • Posté par Lambert Guy, jeudi 13 janvier 2022, 13:10

    Mélenchon est naïf ou idiot? "Parrainer n'est pas soutenir" Ha bon? Parrainer, ce n'est pas soutenir un candidat?! Et pire encore: accorder des parrainages sur base des sondages? On trouve déjà que les sondages mènent la danse et manipulent la démocratie, alors bonjour la dictature des sondages (et leur lot de manipulations) quand ils serviront de base au parrainage! Hallucinant de bêtise.

  • Posté par D Marc, jeudi 13 janvier 2022, 21:53

    @Lambert Guy : en effet, il vaut mieux protéger la dictature en place.

  • Posté par Lambert Guy, jeudi 13 janvier 2022, 13:02

    Perso, je trouve sain que les élus disent aux citoyens qui ils parrainent. Ensuite, si j'étais élu, je dois reconnaitre que j'aurais du mal à parrainer certains candidats. Tertio, est-il plus normal et acceptable que quelqu'un qui a été condamné pour incitation à la haine (ou par exemple malversation) puisse être candidat; Cela m'interpelle.

  • Posté par Patrick Yamedjeu, jeudi 13 janvier 2022, 12:57

    Les Macrons & Co préfèrent être élus par 20% des 45% de votants (donc moins de 10% des électeurs).

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs