Accueil Monde Europe

Le secrétaire général de l’Otan: «Il y a un risque réel de nouveau conflit en Europe»

Les Alliés européens et américains au sein de l’Otan se sont mis à table avec la Russie mercredi à Bruxelles. Chaque partie campe sur ses positions. Toujours inconciliables. Mais les ponts ne semblent pas coupés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Aucune percée. Une suite des événements pour le moins nébuleuse. Tel est le maigre bilan des quatre longues heures de l’échange entre l’Otan et la Russie, mercredi au QG de l’Alliance à Bruxelles. « Rien n’a changé. On reste dans le flou », confie une source diplomatique occidentale – à l’image de l’épais brouillard qui a soudain enveloppé le siège de l’organisation. « On tourne en rond. On est sur des orbites différentes ». Les Alliés doivent se satisfaire, qu’au moins, la discussion n’a pas tourné court, à peine entamée. « Il vaut mieux se parler que se battre… », relève le diplomate.

Pour qui en doutait, l’échange a viré au dialogue de sourds : les revendications fondamentales de chacun des deux… blocs sont parfaitement inconciliables. L’issue du bras de fer paraît toujours aussi incertaine. Le pire n’est pas exclu : « Il y a un risque réel de nouveau conflit en Europe », insiste le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

35 Commentaires

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, jeudi 13 janvier 2022, 17:10

    Clairement, les russes sont agressés par les américains et sont en état de légitime défense... Les russes ne veulent pas d'une europe libérale larbin des américains...

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, vendredi 14 janvier 2022, 11:06

    Agressés? Ce sont les américains qui ont massé 100.000 hommes à la frontière ukrainiene?

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 13 janvier 2022, 16:06

    @ Giefvan Agathe, "Votre anti-russisme vous aveugle" Je ne suis pas anti-russe du tout. Je l'ai visité par 2 fois et y ait toujours une amie très chère. Les russes sont des gens épatants. J'aimerais réellement que la Russie soit plus proche de l'Europe dont elle fait partie, au moins jusqu'à l'Oural. Je m'oppose, vigoureusement, à toutes les formes de tyranie, donc celle de Vladimir Poutine, qui n'est PAS la Russie, mais qui a imposé sa main de fer au magnifique peuple russe. "... les Euro-Américains ont reconnu la sécession du Kosovo mais refusent de reconnaître celle de la Crimée" Le Kosovo était majoritairement Albanais, pas Serbe. Les Serbes y conduisaient une purification ethnique abominable, comme en Bosnie. Fallait-il les laisser faire? La Crimée a décidé de se rattacher à la Fédération de Russie par un referendum bidon qui s'est tenu sous les canons des chars russes dans ce qui n'est rien moins qu'une caricature de Démocratie, comme l'est la Russie de Poutine. Les Ukrainiens ont choisi, démocratiquement pour le coup, et par une forte majorité d'être plus proches de l'Europe que de la Russie. C'est LEUR choix démocratique et nul n'a le droit de s'y opposer, pas même Vladimir Poutine. Pour qu'une partie d'un pays dont les frontières sont internationalement reconnues, dont la Russie elle-même, puisse se rattacher à un autre, il y a des procédures pour ce faire. L'annexion, la menace d'une guerre ou la guerre civile n'en font PAS partie.

  • Posté par Giefvan Agathe, jeudi 13 janvier 2022, 18:23

    OK, je corrige : antipoutinisme. Menteur ou mal informé ? Pour rappel, ce sont les kosovars albanais qui persécutaient les Serbes. Il y a eu épuration ethnique en Bosnie mais pas au Kosovo, qui faisait partie de la Serbie. Mais je ne défends pas les Serbes ; je condamne juste le "deux poids deux mesures" de l'Occident. — La Crimée recensait plus de 90% de Russes. C'est un peu facile de dénoncer les résultats d'élections dès qu'il ne vous plaît pas. Antipoutinisme ? — Quant aux élections ukrainiennes, pourquoi les prenez vous pour argent comptant ? Depuis l'indépendance elle a tangué entre des présidents pro-russes et pro-OTAN, à peu près 50-50%. Et tout d'un coup la "grande majorité" serait pro-OTAN ? Peu crédible.

  • Posté par Bertrand Christophe, jeudi 13 janvier 2022, 16:11

    Je souscris totalement à votre commentaire

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs