Accueil Opinions Éditos

Le prix des énergies ne se limite pas à la facture

L’augmentation de la facture force l’humilité. Elle souligne cruellement la réalité de notre dépendance énergétique, rappelant à chacun les limites dans la capacité d’agir à l’origine du problème.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 3 min

Le prix des énergies explose et la douloureuse s’emballe. L’électricité, le gaz et le mazout de chauffage coûtent de plus en plus cher aux ménages comme aux entreprises. L’envolée est d’autant plus notable que ces fournitures étaient encore proposées à un tarif relativement bas avant la pandémie.

L’augmentation de la facture force l’humilité. Elle souligne cruellement la réalité de notre dépendance énergétique, rappelant à chacun les limites dans la capacité d’agir à l’origine du problème. C’est plus qu’une piqûre de rappel à l’heure où la situation militaire sur la frontière russo-ukrainienne reste indécise et où les esprits s’échauffent autour du nucléaire belge.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 13 janvier 2022, 13:54

    Solution: construire de nouvelles centrales nucléaires, isoler les maisons et les chauffer à l'électricité.

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 13 janvier 2022, 12:27

    Dans notre société néo libérale dite "de marché" et que l'on prétend "auto régulatrice", il y a un important facteur appelé "spéculation". Et lorsque le monde souhaite réduire le réchauffement climatique en réduisant drastiquement les productions d'énergies et qu'à cela, nos gouvernants annoncent la "fin d'électricité nucléaire" (avec des fausses "alternatives") ... il n'y a vraiment pas de quoi s'étonner que pour une "demande" allant en croissant, lorsque "l'offre" baisse ... on subit une hausse du prix des énergies. Triste, mais simple.

  • Posté par Raspe Eric, jeudi 13 janvier 2022, 8:47

    Monsieur Martin, vos articles ne seront crédibles et utiles que lorsque vous vous serez acquitté correctement de votre tâche principale, la modération de ce forum puisque vous êtes attaché au service Forum. Service dont on pouvait douter de l'existence tellement celui-ci ressemble plus à une arène de boxe ou à un égout à ciel ouvert qu'à un lieu de débat. Même si de temps à autre on y trouve des lingots d'or, un égout reste un lieu peut sympathique où une vie saine n'est pas réellement possible. L'utilité de ce forum est douteuse, à moins de servir de piège à clics et à amplifier votre rétribution publicitaire. Surtout, ce qui s'y dit mine la réputation de ce journal. A partir du moment où vous avez accepté leur publication, vous êtes aussi responsable du contenu des commentaires publiés sur votre forum. On y trouve nombre d'horreurs y compris des appels au meurtre ou une incitation à la fabrication et à l'usage de faux (un faux cst en l'occurrence) dont vous êtes incontestablement le complice. C'est évidemment totalement irresponsable et inacceptable. C'est contraire aux valeurs que vous prétendez défendre. C'est contraire à l'éthique et à la déontologie journalistique. C'est cracher à la figure d'une partie de vos clients. Qui commencent de plus en plus à ce détourner de ce journal. Prenez en bonne note. Si la rédaction du Soir ne se donne pas les moyens de contrôler ce qui se dit sur son forum, qu'elle le ferme.

  • Posté par Raspe Eric, jeudi 13 janvier 2022, 18:28

    Evidemment, on y trouve aussi ce que vous dites staquet. Vous êtes même un spécialiste de leur production. C'est bien pour cela que ce type d'activité n'a pas lieu d'être dans un journal qui se revendique de qualité.

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 13 janvier 2022, 17:00

    Ce bouton d'appel pour un "modérateur" (fantôme) a été proposé in extenso à tous les lecteurs du SOIR. C'est un fait indiscutable.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Édito L’indécente paralysie de la Vivaldi

Alors que la hausse des prix frappe de plein fouet les Belges, les membres de la Vivaldi ne parviennent pas à se mettre d’accord sur un plan d’action évoqué il y a quatre mois. Le pire aujourd’hui n’est pas le coût de l’énergie, mais l’abandon des politiques.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs