Accueil

Signé Handrax

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

Là où Borges aurait imaginé une référence fantasque en bas de page, Bernard Quiriny pousse le canular littéraire jusqu’à publier les carnets, forcément secrets, du personnage fictif du Portrait du baron d’Handrax, carnets dont il signe furtivement la préface – autre manie borgésienne. Ces « centaines de fragments », aphorismes, idées de livres, citations à vérifier et notes diverses font apparaître en filigrane les fantômes d’un panthéon tout personnel – Louis Scutenaire, Jacques Sternberg, Gaston Lagaffe – qui trahit l’auteur aussi bien que ce fragment « monde à l’envers » épinglé parmi d’autres : « De 1885 à 1910 environ, la Belgique fut une possession personnelle de Simon Kimbangu, chef coutumier du Congo. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs