Accueil Culture Livres

Les phrases flottantes de Frédéric Beigbeder

Le romancier regarde un ami construire « Un barrage contre l’Atlantique » et en profite pour reconstruire sa propre existence.

Lisez le premier chapitre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Frédéric Beigbeder, sous son allure nonchalante de dandy fatigué et (presque) rangé des trépidations nocturnes, reste un irritant séducteur. L’oxymore est sa religion, le contre-pied sa méthode de prédilection. Il publie un nouveau roman dont le titre est un clin d’œil à Marguerite Duras : Un barrage contre l’Atlantique. Mais il n’y a rien de commun entre ce livre et Un barrage contre le Pacifique. Pas davantage qu’on ne le rapprochera de Gertrude Stein qui a écrit, dans un poème, « A rose is a rose is a rose », malgré la présence d’un bref paragraphe : « Une phrase est une phrase est une phrase est une phrase. » Mais Frédéric Beigbeder a beaucoup lu et les échos des ouvrages qui l’ont nourri surgissent sans prévenir.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs