Accueil Culture Livres

Mais pourquoi donc écrire?

Le billet d’humeur de Jean-Claude Vantroyen.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 2 min

Ecrivez. Et nous n’oublierons pas. Ecrivez. Et nous ne serons pas oubliés. Ecrivez. Parce que la mort n’est qu’un simple synonyme de l’oubli. » Pour Jón Kalman Stefánsson (grand entretien page suivante), l’écrivain est celui qui empêche l’oubli, celui qui défie la mort. Pour François Mauriac, ce n’est pas autre chose, en fait : il s’agit de « peindre la vie, de rendre cette symphonie humaine où nous sommes tous engagés, où toutes les destinées se prolongent dans les autres et se compénètrent ». Une phrase reprise dans Le goût de l’écriture, un recueil d’extraits de textes, de saint Augustin à Victor Hugo et de Boileau à Georges Pérec, chez Mercure de France. Où l’on trouve aussi ce que dit Camille Laurens : « Les mots sont faits de notre vie qui sédimente. L’écriture et la lecture forment ce travail d’archéologie de la langue qui, par le maniement amoureux des mots, ressuscite à la fois leur histoire et la nôtre. ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs