Accueil Sports

Des incidents: une douzaine de matches arrêtés ou interrompus

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Force est de constater que l’image du football belge est sérieusement ternie par les agissements criminels d’une minorité des supporters du Standard de Liège. Dans son réquisitoire suite aux incidents contre Charleroi le 4 décembre dernier, le parquet de la Fédération n’a pas été tendre du tout en demandant trois matches à huis clos plus un avec sursis. Et pour cause. Durant la dernière décennie, le Standard est devenu un habitué des rendez-vous à la Commission des litiges de la Fédération. À tel point qu’en forme de boutade, certains se demandaient si le club n’avait pas intérêt à avoir un appartement avenue Houba de Strooper car les rendez-vous ne se limitent pas qu’à de simples exclusions. Il y a eu le dossier Witsel-Wasilewski, le tifo anti-Defour, l’affaire Carcela-Ruytinx mais aussi des convocations pour de nombreuses interruptions et arrêts de matches.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs