Accueil Opinions Cartes blanches

Le «Blitzkrieg infrastructurel» de Tshisekedi réussira-t-il à rassurer ses électeurs avant 2023?

Félix Tshisekedi s’est lancé dans plusieurs projets de construction rapide d’infrastructures. Les résultats sont pour l’instant insatisfaisants en raison de détournements de fonds présumés, de l’absence de coordination et de faiblesse des pilotages.

Carte blanche - Temps de lecture: 4 min

Le 24 janvier prochain, Félix Tshisekedi célébrera le 3e anniversaire de son accession au pouvoir. Il ne lui restera alors plus que deux ans de son quinquennat avant qu’il ne sollicite un second mandat auprès de ses électeurs dont nombreux attendraient encore la concrétisation de certaines promesses qui leur ont été faites pendant la campagne électorale en 2018. Conscient de cette situation, Tshisekedi se serait lancé dans un « Blitzkrieg infrastructurel » pour rassurer ses électeurs avant les futures échéances électorales de 2023. Cependant, quelques analystes s’interrogent si Tshisekedi parviendrait à ses fins au regard du retard accumulé dans l’exécution de ces projets socio-économiques. Dans l’affirmative, ce serait avec quels collaborateurs ?

Indubitablement, depuis sa prise de pouvoir, Tshisekedi aurait manifesté une volonté de réhabiliter et/ou construire des routes, des écoles et des hôpitaux pour tenir certaines de ses promesses électorales. Pour y arriver, il semblerait mettre en place un plan de construction rapide d’infrastructures, que j’appellerai « Blitzkrieg infrastructurel ». Le Blitzkrieg, terme allemand signifiant « guerre éclair », est une tactique visant à remporter une victoire rapide ou décisive à travers un engagement localisé et limité dans le temps. Cette tactique fut par exemple utilisée par l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, elle est employée dans le domaine de la diplomatie pour dénouer des crises politiques ou dans le domaine de la santé publique pour éradiquer des pandémies.

Mais qu’est-ce que cette tactique a à faire avec la construction ou la réhabilitation des infrastructures en RDC ? Comment Tshisekedi la mettrait-elle en œuvre ?

Un programme perturbé

Dans le contexte politique congolais, Tshisekedi n’hésite pas à rappeler à son gouvernement « d’accélérer la mise en œuvre de projets à impacts rapides et visibles ». En mars 2019, il a lancé un programme d’urgence de construction et de réhabilitation d’infrastructures de base dit de « cent jours » dont le budget était évalué à plusieurs centaines de millions de dollars et qui consistait à ériger des infrastructures routières, immobilières, scolaires et sanitaires dans plusieurs villes du pays et ce pendant les cent premiers jours de son mandat. Malheureusement, ce programme a connu plusieurs problèmes dans son implémentation, dont notamment le détournement des fonds y alloués pour lequel Vital Kamerhe, le directeur du cabinet de Tshisekedi à l’époque, fut même condamné.

Malgré les difficultés recensées lors du programme de « cent jours », Tshisekedi s’embarqua dans un autre projet de construction dit « Tshilejelu » en mars 2021 concernant les ex-provinces de Kasaï-Oriental et Kasaï-Occidental. Bien entendu, à l’instar du programme des cent jours », les travaux du « Projet Tshilejelu » n’auraient pas avancé comme prévu et il y aurait aussi des soupçons de détournement des fonds.

Agacé par ces insuccès, Tshisekedi aurait même averti ses collaborateurs lors du récent conseil des ministres de janvier 2022 « qu’il ne tolérera pas de trouver » des travaux inachevés dans le projet de construction en cours dans l’ancienne province de l’Équateur.

Absence de coordination

Sûrement, ces différents « fiascos » n’ont pas laissé indifférents les analystes de la politique congolaise. D’aucuns se demandent ce qui ne va pas en réalité dans l’exécution des projets présidentiels. Le problème serait-il lié aux profils des exécutants de ces différents projets ? Les modestes résultats obtenus de ces travaux n’étaient-ils pas prévisibles ?

Bien sûr, le président Tshisekedi a lui-même répondu à ses questions lors de son discours à la Nation devant le Congrès en décembre 2021 au cours duquel il a reconnu « l’absence de coordination » et des « faiblesses de pilotage » dans le chef des personnes chargées d’implémenter ces différents projets sociaux.

Quelques autres observateurs blâmeraient Tshisekedi lui-même en arguant qu’il serait partiellement responsable de l’inexécution des projets puisque, selon eux, le président congolais aurait lui-même choisi ses propres collaborateurs pour piloter ces différents programmes.

Toutefois, comme cela s’observe quand on utilise le Blitzkrieg, l’absence de coordination parmi les acteurs impliqués peut rendre ineffectif le succès qu’on pourrait espérer de l’emploi de cette tactique.

Pour conclure, les deux ans restants dans son quinquennat seraient-ils suffisants pour permettre à Tshisekedi de tenir ses promesses à ses électeurs au vu du retard déjà accumulé ? Rien n’est impossible, mais attendons de voir.

À lire aussi Notre dossier "Congo Hold-up" À lire aussi En dépit des promesses, le Congo demeure embourbé, comme le 4x4 du président…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs