Accueil Opinions Éditos

Que vous soyez puissants ou misérables…

De Londres à Melbourne, des figures d’influence sont en difficultés pour avoir transgressé les règles sanitaires. Comme le disait La Fontaine : « Selon que vous soyez puissants ou misérables/Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Les animaux malades de la peste », célèbre fable de La Fontaine, commençait par ces mots : « Un mal qui répand la terreur/Mal que le Ciel en sa fureur/Inventa pour punir les crimes de la terre/La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)/Capable d’enrichir en un jour l’Achéron/Faisait aux animaux la guerre/Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » Et se terminait par cette sentence : « Selon que vous soyez puissants ou misérables/Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

Entre les deux, le conseil des animaux à la recherche de celui dont les péchés auraient déclenché cette pandémie, avait in fine décidé de sanctionner l’âne, dernier d’entre eux, permettant aux notables lion, ours ou renard d’y échapper.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs