Accueil Sports

Standard: pas le 1er dossier pour Venanzi

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Au lendemain des premières perquisitions liées au déclenchement du « Footbelgate » en octobre 2018, Bruno Venanzi, dont le club avait reçu la visite des enquêteurs, se sentait « très à l’aise » face à ce tremblement de terre. Les dirigeants du Standard se disaient « ébranlés, choqués et tristes parce que cela ne véhiculait pas une belle image du football ».

Plus de trois ans plus tard, le club principautaire, via son président et son ancien directeur sportif Olivier Renard, est confronté à la justice puisqu’ils figurent dans la liste des 57 personnes que le parquet fédéral veut envoyer devant le tribunal correctionnel. « Bruno Venanzi dément avoir commis la moindre infraction et il ne fera pas le moindre commentaire », a réagi Sandra Berbuto, son avocate.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs