Accueil Société

Omicron n’a pas encore fait disparaître delta: «On a pris un risque avec les assouplissements», estime Marc Van Ranst

Le virologue se demande si le variant omicron va vraiment prendre totalement le dessus sur delta et si les derniers assouplissements n’ont pas été pris trop rapidement.

Temps de lecture: 2 min

En tout, 2.174 patients traités pour le coronavirus étaient hospitalisés dimanche, contre 2.091 la veille. Le nombre de patients en soins intensifs reste stable, à 391, communique la porte-parole du ministre de la Santé, sur base des chiffres de Sciensano lundi. La moyenne hebdomadaire du nombre d’hospitalisations reste aussi stable par rapport à la veille, avec 200 hospitalisations par jour. Dimanche, 163 nouveaux patients Covid-19 ont été admis.

La moyenne sur sept jours du nombre d’infections en revanche poursuit son augmentation, bien que moins rapidement. Le 13 janvier, date des chiffres consolidés le plus récents, cette moyenne a atteint 25.809 contaminations quotidiennes, soit une augmentation de 38 %. Ce jour-là, 30.013 infections ont été enregistrées en particulier. Entre le 7 et le 13 janvier, il y a eu en tout 612.314 tests réalisés, dont environ 31 % se sont avérés positifs.

Si omicron constitue plus de 80 % des contaminations, le variant delta, qui entraîne davantage d’hospitalisations, continue de représenter environ 15 % des infections. « Il est difficile de dire si delta disparaîtra avec le temps », estime Marc Van Ranst dans Het Nieuwsblad. Le virologue se demande si le nouveau variant va vraiment totalement prendre le dessus sur delta. Omicron commence à « crachoter », déclare-t-il. « Mais nous ne savons pas s’il s’agit d’un contretemps purement statistique ou si le variant delta qui circule est un sous-variant qui est presque aussi transmissible qu’omicron, et donc plus difficile à chasser. Il n’y a pas encore de certitude à ce sujet. »

Les derniers assouplissements ont-ils dès lors été pris trop rapidement ? « Nous continuons à prendre en compte la présence du variant delta », répond Marc Van Ranst. « Mais il fallait faire un compromis : soit s’en tenir à la politique stricte de l’époque, soit courir le risque que de nombreuses personnes ne puissent plus travailler, que les entreprises soient en difficulté et que notre capacité de test serait dépassée. Soit assouplir les mesures pour que l’économie puisse continuer à tourner et que notre capacité de test ne soit pas dépassée. Je peux comprendre que cette considération a dû être faite. Mais ce que j’ai également dit à l’époque : c’est effectivement un risque. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Mahieu Claude, lundi 17 janvier 2022, 15:33

    Ce cher Van Ranst, toujours là pour plomber l'ambiance !

  • Posté par Abgar Karim, lundi 17 janvier 2022, 14:18

    Toujours le bon mot pour rassurer Mr Van Ranst. L’Angleterre n'a appliqué presque aucune restriction (pas de CST, pas de fermeture, pas de jauge, mais masque en lieu clos et télétravail encouragé) depuis le 19 juillet dernier et tout se passe très bien et ceci avec un taux de vaccination nettement moindre qu'en Belgique.

  • Posté par massacry olivier, lundi 17 janvier 2022, 21:16

    Caramba, les hospitalisations augmentent, celles de enfants exposent, les décès ne baisent pas, l'absentéisme bas des recors, mais tout va bien Madame la marquise. https://www.bbc.com/news/uk-51768274, https://www.bbc.com/news/business-60024712.

  • Posté par Rabozee Michel, lundi 17 janvier 2022, 14:30

    Pas de CST ? lisez donc les mesures actuelles "Certain venues and events will be required by law to check that all visitors aged 18 years or over are fully vaccinated, have proof of a negative test in the last 48 hours, or have an exemption" (cf https://www.gov.uk/guidance/covid-19-coronavirus-restrictions-what-you-can-and-cannot-do ). Les hôpitaux sont sur les genoux, mais il est vrai, vu qu'ils ont été touchés il y a plusieurs semaines par Omicron, que la situation se calme un peu. De là à dire que "tout se passe très bien", il y a un fossé, hein ! Précisions sur où le CST est obligatoire "From 15 December, certain venues and events will be required by law to check that all visitors aged 18 years or over are fully vaccinated (currently a full course of vaccination without the need for a booster, but this will be kept under review), have proof of a negative test in the last 48 hours, or that they have an exemption. This means that those aged 18 years or over must show their NHS COVID Pass, or an alternative proof of a negative test result, such as an NHS Test and Trace email or text proof, to gain entry into these venues.": nightclubs, dancehalls and discotheques, indoor events with 500 or more unseated attendees, where those attendees are likely to stand or move around for all or part of the event, such as music venues with standing audiences or large receptions; outdoor events with 4,000 or more unseated attendees, where those attendees are likely to stand or move around for all or part of the event, such as outdoor festivals; and any events with 10,000 or more attendees indoor or outdoor, such as large sports and music events

  • Posté par Coppens Jean-pierre , lundi 17 janvier 2022, 14:27

    Faux. En Grande-Bretagne, 54 % de la population a déjà reçu la 3e dose de vaccin (en Belgique 49%).

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko