Accueil Monde Union européenne

Union européenne: la Maltaise Roberta Metsola pour garantir l’unité du Parlement

La Maltaise Roberta Metsola a été élue présidente du Parlement européen, ce mardi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Le cœur n’était sans doute pas à la fête, mardi, quand le Parlement européen a élu une présidente, la Maltaise Roberta Metsola (centre droit PPE). Les élus sont en deuil depuis le décès de l’Italien David Sassoli (social-démocrate), qui occupait le poste la première moitié de cette mandature. Mais la date est aussi symbolique : 40 ans jour pour jour après la fin du mandat de la 1ère présidente de l’histoire de l’institution, Simone Veil, le 18 janvier 1982. La Française a dépénalisé l’avortement. La Maltaise s’est plus d’une fois prononcée contre lors de votes au Parlement européen. Dans sept résolutions, plus précisément, selon un décompte d’une source parlementaire documentée. Parmi les rejets, une autre résolution mentionnait le droit des femmes à disposer de leur corps.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Patrick Yamedjeu, mardi 18 janvier 2022, 11:02

    En quoi être anti-avortement c'est être anti-européen?

  • Posté par Surmont Willy, mardi 18 janvier 2022, 10:53

    Si ça n'est pas de l'autoflagellation, comment voulez-vous que l'UE avance , comment voulez-vous qu'elle se renforce? Elle se met elle même en position de faiblesse en choisissant les clous de son cercueil! De deux choses l'une, ou elle se débarrasse de ses manteaux plurinationaux et ses multiples niveaux de pouvoir, en gardant l'esprit premier de sa constitution comme à l'époque des "six", ou elle se couvre d'un tas de compromis contradictoires dont la finalité sera la perte de confiance des citoyens et la perte de son identité!

  • Posté par Van Obberghen Paul, mardi 18 janvier 2022, 11:08

    L'Union ne peut se renforcer que si les états qui la composent en décident. Or ça n'est pas le cas, et c'est même l'inverse puisqu'on constate une montée des nationalismes pratiquement dans tous les pays de l'Union. Les Etats-Unis d'Europe, avec un président élu au sufrage universel et une administration fédérale centralisée et forte, ne verront jamais le jour*. Pour autant, n'enterrons pas tout de suite l'Europe puisqu'il y reste des éléments importants qui sont bien utiles, la crise sanitaire le prouve. (*) Est-ce même souhaitable? Les Etats-Unis d'Amérique se sont batis sur le socle commun de son indépendance de la Grande-Bretagne. L'équivalent n'existe pas en Europe. Si ce n'est, peut-être, des pays de l'Est vis-à-vis de l'Union Soviétique.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 18 janvier 2022, 10:14

    Grotesque. Et puis le festival de « lecturing » envers les pays de l’Est va reprendre de plus belle instantanément. Tout simplement grotesque. Que mérite cette institution à part du mépris?

  • Posté par Goffin Baptiste , mardi 18 janvier 2022, 10:04

    Honte à tous les faux progressistes européens qui voteront pour elle

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs